Brussels Electronic Music Festival 2009 : The Black Dog / Dopplereffekt / Svarte Greiner / Millimetrik

 date du concert

21/03/2009

 salle

Bozar,
Bruxelles

 tags

Bozar / Brussels Electronic Music Festival 2009 / Dopplereffekt / Millimetrik / Svarte Greiner / The Black Dog

 liens

Millimetrik
Bozar
The Black Dog

 dans la même rubrique
06/05/2019
Yndi Halda / Staghorn
(Supersonic)
25/04/2019
Lali Puna / Surma
(Petit Bain)
31/03/2019
Piano Day 2019 : Émilie Levienaise-Farrouch
(Lafayette Anticipations)

Pour cette deuxième soirée du Brussels Electronic Music Festival, c’est peu avant 21h (timing à peu près respecté) et dans le très bel auditorium (aussi appelé Salle Henry Le Bœuf) que The Black Dog prit place. Réduit à un duo, le groupe anglais, tête d’affiche de ces trois jours, s’installa derrière une table pourvue de machines pour un set d’une heure et demie. Alors qu’on s’attendait à une prestation très IDM, les trois premiers quarts d’heure du concert nous surprirent par leur caractère ambient et leur succession de nappes avec très peu de rythmiques. Il fallut donc attendre la seconde moitié du set pour retrouver des titres aux pulsations affirmées et emballantes. Alors nettement plus suivis par le public, les musiciens emportèrent sans peine le morceau. Côté projections sur le large écran tendu derrière eux, rien de très original cependant pour ces déambulations urbaines nocturnes ou vues prises de métro ou train et accélérées.

Après une petite pause, place à l’autre gros temps fort de la soirée avec Dopplereffekt. Suffisamment rares en live pour faire de chaque apparition un petit événement, les deux musiciens présents ce soir s’avancèrent sur scène affublés de masques de carnaval noirs et prirent place derrière leurs synthés mis face à face. Disposition traditionnelle à en croire les photos d’autres concerts du groupe, cette mise en espace induisit une forme de dialogue combattif entre Rudolf Klorzeiger et Michaela To-Nhan Bertel. Groupe phare de la scène de Detroit, Dopplereffekt nous livra un set de musique toutefois un peu datée (comme leurs images en noir et blanc centrée sur la faucille et le marteau communistes) avec une électro-pop légèrement répétitive qui eut néanmoins le mérite de ne pas trop s’étendre sur la durée. De toute façon, nous n’avons jamais été très fans de la scène de Detroit.

Changement de salle pour les concerts suivants avec une autre pièce aux confortables fauteuils, la Salle M. Pour débuter dans ce nouvel espace, on découvrit Svarte Greiner, jamais encore vu en live mais dont on évoque régulièrement les enregistrements. Porté sur une ambient cotonneuse, le Norvégien était assis côté jardin, sa guitare sur ses genoux et un archet à la main. Passant de cette utilisation à un jeu sur les potentiomètres de son instrument, le mettant ensuite à terre pour adjoindre aux nappes ainsi créées des textures extraites d’une platine vinyle posée à ses côtés ou de divers échantillons émanant de samplers, Erik K. Skodvin parvint à situer sa musique au juste milieu entre opacité, noirceur et dimension enveloppante.

Pour terminer en ce qui nous concerne la soirée (il restait au moins deux lives à l’issue du concert de Millimetrik, mais on décida quand même de quitter le Bozar puisqu’il était déjà plus de 3h du matin), on retrouva donc le Québécois. Vu cinq jours auparavant à Paris, pour un sympathique et intime concert en appartement, Pascal Asselin (cet ancien membre de Below The Sea, à présent entièrement tourné vers ce projet electronica) ajusta sa prestation à la salle. Tandis que les sonorités se firent plus dures que ce qu’il nous avait proposé à Paris, quelques consonances hip-hop firent leur apparition dans ces ruptures saccadées, rejoignant les sons de batterie réelle intégrés par le Canadien.

François Bousquet
le 28/03/2009

À lire également

08/11/2011
Svarte Greiner / Alexande
(Espace B)
20/03/2009
Brussels Electronic (...)
(Bozar)
V/A
Silva
(Miasmah)
Deaf Center
Recount
(Sonic Pieces)