Mathieu Ruhlmann + Celer

Mesoscaphe

(Spekk / Mochi Mochi)

 date de sortie

00/05/2008

 genre

Electronique

 style

Ambient / Field Recordings

 appréciation

 écouter

2 extraits (Flash)

 tags

Ambient / Celer / Field Recordings / Mathieu Ruhlmann / Spekk

 liens

Spekk
Mathieu Ruhlmann
Celer

 autres disques récents
Garaliya
Ventricle Replicant
(Kvitnu)
Wil Bolton
Night Paths
(Hidden Vibes)
Haco
Qoosui
(Someone Good)
Marcus Fischer
Loss
(12k)

Présentations : Mathieu Ruhlmann est basé à Vancouver et il produit une musique à dominante ambient mêlant enregistrements et instruments, initialement dans le but de sonoriser ses productions visuelles. Celer est un couple vivant actuellement en Californie, composé de Danielle Baquet et Will Long, tous les deux écrivains, enseignants, composant énormément pour des installations. Ils sont hyper-productifs et le plus gros de leur travail est édité en CDr sur leur propre structure, également nommée Celer. Leur travail est très proche de Mathieu Ruhlman, produisant une musique acousmatique ambient.

A vrai dire, on aurait du mal à différencier une pièce de Celer et une autre de Mathieu Ruhlmann, et leur collaboration ici paraît naturelle et fait preuve d’une belle unité. Celle-ci est peut-être facilité par le choix d’un sujet très précis autour duquel est construit cet album. Le mésoscaphe est un sous-marin construit par Jacques Piccard (décédé entre la sortie de l’album et la rédaction de cette chronique, fils du célèbre physicien suisse Auguste Piccard), dans une première version à des fins touristiques pour l’exposition nationale suisse de 1964, puis dans une deuxième version en 1968 afin d’étudier le Gulf Stream. Comme expliqué dans les notes de pochette, la NASA parrainait cette expédition afin d’étudier l’influence sur l’homme d’un enfermement de longue durée dans des conditions de stress, mais l’expérience qui s’est déroulée entre juillet et août 1969 a complètement été occultée par la mission Apollo 11 et les premiers pas de l’homme sur la Lune.
Le Mésoscaphe étant exposé au musée de la marine de Vancouver, c’est peut-être là que Mathieu Ruhlmann a eu l’idée de rendre hommage à l’appareil et aux hommes qui ont mené cette expédition. Avec Celer il nous propose tout simplement de revivre l’expérience dans cette longue immersion aquatique, composée pour moitié d’enregistrements effectués par les scientifiques à bord du mésoscaphe. L’album est composé de trois pièces de 15-20 minutes ou se mêlent sonorités aquatiques, coups métalliques sourds, drones, souffles granuleux, bouillonnements, bruitages minéraux, développant des ambiances sombres et poisseuses. Mais d’un autre côté les trois artistes utilisent de nombreux instruments (piano, violon, theremin), tous largement traités mais révélant de lentes et douces mélodies.

Mésoscaphe est un disque ambient de plus, certes très réussi, mais n’apportant rien de neuf. Pourtant là n’est pas le sujet. En replaçant cet album dans son contexte, en le considérant comme un concept album et hommage, Mésoscaphe prend alors tout son sens et vous offrira un superbe voyage en apnée si vous trouver le Submers de Loscil un peu trop court...

Fabrice ALLARD
le 06/04/2009

À lire également

Celer
Brittle
(Low Point)
Opitope
Hau
(Spekk)
Chubby Wolf
Los Que No Son Gentos
(Dragon’s Eye Recordings)
Yui Onodera & Celer
Generic City
(Two Acorns)