O.More

 chorégraphe

Bernardo Montet

 date

du 13/02/2003 au 17/02/2003

 salle

Théâtre de la Bastille,
Paris

 appréciation
 tags

Bernardo Montet / Théâtre de la Bastille

 liens

Théâtre de la Bastille

 dans la même rubrique
du 23/01/2017 au 27/01/2017
Happy Hour
(Théâtre de la Bastille)
du 03/11/2016 au 10/11/2016
Sideways Rain
(Théâtre Monfort)
05/08/2016 et 06/08/2016
Beats
(Square des Amandiers)
01/08/2016
Bataille
(Parc de la Butte du Chapeau Rouge)

Décidément, le Maure de Venise est à la mode : après La Tragédie d’Othello vue, dans ce même théâtre, il y a un peu plus d’un mois, voici donc O.More, variation chorégraphique autour du héros shakespearien (on pourrait également ajouter la sortie toute récente d’Othello 2003, film états-unien transposant sur un campus la tragédie du XVI° siècle).

Composée de six danseurs et de trois musiciens gnawas, la troupe arrive par le fond de la salle et prend progressivement place tout autour du plateau. Alors que les musiciens installent une lancinante texture, les danseurs partent, tour à tour, dans des transes incontrôlées censées représenter la folie et la jalousie d’Othello. L’idée de faire jouer le même personnage par chacun des danseurs l’un après l’autre n’est pas mauvaise (on retrouve, de fait, l’aspiration universelle de la tragédie shakespearienne) mais les chorégraphies de ceux-ci sont malheureusement souvent répétitives. Chaque danseur va ainsi successivement se rouler par terre, être porté à bout de bras par les autres, sauter d’un bout à l’autre du plateau ou proférer sentences et psalmodications. Si quelques passages sont bien sentis (le déplacement d’une pierre par la seule force du dos, le subit éclairage par un seul spot du plateau), on déplorera un ensemble un peu trop souligné : du double jeu de mots du titre (O.More comme « au point mort » et comme « Othello » et « Maure ») au fait que tous les danseurs soient noirs sauf un (l’inverse de la tragédie anglaise où tous les acteurs sont blancs) en passant par le danseur grec qui, réminiscence de l’oracle de Delphes, transmet le savoir aux autres en leur hurlant des mots directement dans la bouche.

Mais, quoiqu’il en soit, la performance physique, la beauté des corps des danseurs, l’honnêteté de l’entreprise et l’atmosphère générale entre angoisse, voyage initiatique et thérapie de groupe demeurent.

Autres dates :
28 et 29 mars 2003 : Nantes - Lieu Unique
1 avril 2003 : Vitry-sur-Seine - Théâtre Jean Vilar
4 et 5 avril 2003 : Strasbourg - Carreau
11 avril 2003 : Istres - Théâtre de l’Olivier
16 et 17 avril 2003 : Lyon - Toboggan
29 avril 2003 : Tours - Espace Malraux

François Bousquet
le 20/02/2003

À lire également

du 19/09/2005 au 21/10/2005
Le Libera
(Théâtre de la Bastille)
du 09/01/2006 au 29/01/2006
D’Après Nature
(Théâtre de la Bastille)
du 24/03/2015 au 16/04/2015
Schitz
(Théâtre de la Bastille)
du 05/03/2002 au 31/03/2002
Je crois ?
(Théâtre de la Bastille)