Dynamo

 auteur

Eugene O’Neill

 metteur en scène

Robert Cantarella

 date

du 14/05/2003 au 07/06/2003

 salle

Théâtre de la Colline,
Paris

 appréciation
 tags

Eugene O’Neill / Théâtre de la Colline

 liens

Théâtre de la Colline

 dans la même rubrique
du 11/02/2019 au 02/03/2019
Notre Parole
(Théâtre de la Cité Internationale)
du 18/01/2019 au 09/02/2019
Convulsions
(Théâtre Ouvert)
du 08/01/2019 au 19/01/2019
Pavillon Noir
(Le 104)
du 28/11/2018 au 30/12/2018
Sombre Rivière
(Théâtre du Rond-Point)

Spectacle de clôture de la grande salle du Théâtre National de la Colline, Dynamo, texte écrit en 1927 par le dramaturge états-unien Eugene O’Neill, termine de manière contrastée la saison rue Malte-Brun.

Le début de la pièce nous laisse craindre une énième transposition au XX° siècle de l’éternel dilemme qu’on trouvait dans Romeo & Juliette (deux jeunes gens essayent de s’aimer malgré leurs familles que tout oppose). En outre, les acteurs se laissent parfois emporter dans un registre grotesque, proche de la farce, quelque peu incongru (on reprochera, particulièrement, à Gilles David et Florence Giorgetti d’en faire beaucoup trop). Cependant, au fur et à mesure que l’histoire d’amour passe au second plan et que des interrogations sur le fanatisme religieux et idéologique prennent le dessus, le spectacle devient nettement plus intéressant. En effet, le père du jeune homme (Reuben) est pasteur alors que celui de la jeune fille (Ada) est un athée tenace ; tandis que Reuben se détache progressivement de la religion pour se raccrocher à un cartésianisme scientifique, Ada se rend compte que l’amour qu’il lui porte n’est peut-être pas celui auquel elle croyait. Dénonçant aussi bien le puritanisme et le dogmatisme extrême que les méfaits du progrès technologique à outrance, renvoyant finalement dos à dos religion et science, O’Neill travaille également sur un Œdipe sous-jacent (Reuben tuant, philosophiquement parlant, son père et vénèrant, quasi amoureusement, sa mère).

Robert Cantarella rend, en outre, correctement compte du texte, notamment via l’importance portée aux didascalies et une astuce ingénieuse pour faire « entendre » les pensées des personnages, se faisant nettement plus convainquant qu’avec Algérie 54-62, vu le mois dernier dans la même salle.

François Bousquet
le 19/05/2003

À lire également

du 07/01/2004 au 23/01/2004
Paradis (Un Temps à (...)
(Théâtre de la Colline)
du 22/01/2010 au 17/02/2010
La Pierre
(Théâtre de la Colline)
du 22/09/2007 au 21/10/2007
Passion selon Jean
(Théâtre de la Colline)
du 26/04/2006 au 21/05/2006
L’Homme de Février
(Théâtre de la Colline)