Sierra Casady et Gaël Rakotondrabe de CocoRosie / Nadia Lauro / Gaspard Yurkievich : transhumance

 date du concert

11/04/2009

 salle

Centre Pompidou,
Paris

 tags

Centre Pompidou / CocoRosie / Gaspard Yurkievich / Nadia Lauro

 liens

CocoRosie
Centre Pompidou
Nadia Lauro
Gaspard Yurkievich

 dans la même rubrique
05/08/2017
Ujjaya
(Petit Bain)
02/06/2017
Acetate Zero / He Died While Hunting
(Olympic Café)
06/05/2017
Esmerine / Bärlin
(Espace B)

Il ne s’agissait pas ce soir d’un classique concert de CocoRosie. Il ne s’agissait même pas vraiment de CocoRosie puisque du groupe, seuls Sierra Casady et le pianiste de jazz Gaël Rakotondrabe étaient présents sur scène. Il y avait bien deux chanteuses sur scène, la seconde étant Florence Fritz avec qui Sierra a déjà collaboré à Londres. Spectacle fruit d’une collaboration entre le groupe aujourd’hui célèbre, la scénographe Nadia Lauro et le créateur Gaspard Yurkievich, transhumance affichait complet depuis plusieurs, jouant sur le succès des CocoRosie qui préparent leur quatrième album.

Procédé que l’on retrouve de plus en plus souvent, comme pour casser les frontières de la représentation que sont la scène et les gradins, le spectacle semble avoir déjà commencé quand on prend place. Notre voisine nous demandera même avec une pointe d’inquiétude si le spectacle a déjà commencé. Disons que le procédé pouvait nous permettre de rentrer dans l’ambiance, l’atmosphère du spectacle, mais a posteriori on se dira que ce n’était pas le but. Trop en décalage, trop ancré dans le réel pour un spectacle qui se révélera être une longue rêverie. Le décor est installé, une sorte de plage parsemée de rochers, un piano, une harpe, quelques figurants sont assis et comme nous, regardent la projection d’une vidéo dont Bianca Casady, l’autre CocoRosie, est l’auteur. On s’en rendra compte plus tard, mais les figurants en question sont en fait Gaspard Yurkievich et ses habilleurs qui ponctueront le spectacle de changements de tenues, abattant là aussi la frontière en loges et scène.

Une fois tous les spectateurs installés, les lumières s’éteignent et les musiciens prennent place. Sierra se fait habiller d’une robe-cape, chaussures à talon, chapeau pour un look bourgeois et prend place à la harpe. On découvrait le groupe à la Route du Rock en 2004, et si les deux femmes ont nettement évolué en intégrant des influences hip-hop sur leur dernier album (The Adventures Of Ghosthorse & Stillborn), ce premier titre mêlant acoustique et bruitages électroniques nous permis de retrouver la délicatesse et la magie des premiers jours. La mise en scène est plutôt minimaliste : il ne s’agit pas d’un spectacle de danse, ou d’une comédie musicale et une fois en place les deux chanteuses interprètent leur pièce, changent de tenue, prennent place à chaque fois à un endroit différent de la scène, et interprètent le morceau suivant, le tou étant réalisé avec grâce et fluidité, comme s’il s’agissait de fées. Aucun mouvement de décor, juste des éclairages qui passent du bleu à l’orangé pour évoquer le levé sur soleil, des stroboscopes pour imiter un orage, et un fond de scène qui restera blanc alors que l’on s’attendait à y voir des projections.
Ainsi les chansons vont s’enchaîner, tantôt pop-folk, soigné plutôt que déjanté mais dans la lignée de ce que l’on connaissait, et tantôt proche de l’opéra, Sierra Casady et la chanteuse lyrique Florence Fritz se répondant magistralement. Lors des changements de tenue, réalisés de manière un peu ostentatoire mais sous une lumière tamisée, Gaël Rakotondrabe assurait seul au piano les transitions. Malgré ce principe d’alternance chant/changement de tenue, le spectacle se révèle fluide, magique, hors du temps et de l’espace et alors que l’on retrouve les voix fragiles, oscillantes des CocoRosie, on se dira que l’on aimerait que le spectacle ne s’arrête jamais mais c’est là, déjà, que tout le monde quitte la scène.

Il faudra insister pour les voir revenir et interpréter deux autres titres de manière moins formelle, moins carrée, mais avec toujours cet aspect irréel, enchanteur.

Fabrice ALLARD
le 13/04/2009

À lire également

13/08/2004
Route du Rock 2004 : (...)
(Palais du Grand Large)
du 07/07/2006 au 09/07/2006
Festival Ardentes 2006 :
(Parc Astrid)
16/10/2004
Coco Rosie / Devendra
(België)