Infamous Labels #27 : Domotic - Davide Balula - Colleen

 date du concert

23/10/2002

 salle

Batofar,
Paris

 tags

Batofar / Colleen / Davide Balula / Domotic

 liens

Colleen
Batofar

 dans la même rubrique
14/11/2017
Thomas Tilly / BJ Nilsen
(Instants Chavirés)
13/11/2017
Christian Wallumrød Ensemble
(Dynamo)
09/11/2017
Matt Elliott
(Médiathèque Musicale de Paris)

Nouvelle soirée Infamous Labels consacrée ce mercredi au label parisien, cher à ces pages, Active Suspension. Se développant de manière exponentielle (passage, depuis un an, au format CD, tournée anglaise dans la foulée de cette soirée), sans pour autant connaître une baisse de qualité, il était normal que la structure parisienne soit mise à l’honneur par les soirées récurrentes du Batofar.

Arrivés directement de Sigur Ros à l’Elysée Montmartre, on prit, malheureusement, en cours le set de Colleen, nouvelle venue sur Active Suspension et auteur d’un excellent 7" qui sortait la veille de ce concert. Evoluant dans un univers assez proche de celui de Kristian Peters (quand il opère sous le nom de Novisad sur Tomlab), Colleen, épaulée sur le premier titre que nous vîmes par My Jazzy Child, posa des nappes sur lesquelles elle jouait du clavier, de la guitare, du melodica ou du glockenspiel. Touchante de simplicité (jetant un coup d’oeil entre chaque morceau sur ses papiers pour vérifier de quelle manière régler ses différentes machines, signalant au public applaudissant qu’un morceau n’était pas encore terminé), Colleen passa d’un instrument à l’autre en douceur, faisant se mouvoir sa musique dans une atmosphère émouvante et épurée mais sans afféterie ou mièvrerie aucune. Pouvant aussi bien travailler sur la résonance de ses instruments que se sampler en direct pour "doubler" certains accords, la jeune musicienne termina ce set extrêmement convaincant par Babies, extrait de son 7", belle pièce où un melodica vint délicatement se placer sur une texture de base composée de métallophones divers.

Le temps d’un petit DJ-set et on enchaîne avec une autre nouveauté chez Active, Davide Balula que l’on avait déjà aperçu aux côtés de Hypo lors d’un concert il y a six mois à l’espace Beaurepaire où il n’avait pas vraiment l’occasion de se faire entendre.
C’est accompagné de Stéphane Laporte (Domotic) que Davide commence son concert avec un premier titre très pop nonchalante à deux guitares agréable, mais un peu difficile de rentrer dans l’ambiance. La suite sera moins acoustique, plus fouillée, avec des petits bruitages électroniques et toujours un chant très feutré, parfois haut perché. Chaque chanson à une certaine originalité, une idée intéressante qui donne à chacune une teinte particulière : un kazoo, un chant en duo, un sac plastique plaqué contre un micro en guise de rythmique, celles-ci étant régulièrement prises en charge par les machines, ou bien un morceau plus expérimental dont un long passage consistait en divers bruitages, sonneries de téléphone, ronronnements des machines qui étaient sur scène, Davide et Stéphane se baladant un peu partout avec un micro pour amplifier ces bruits ambiants.
Pour terminer, une dernière chanson pop assez enjouée avec kazoo et sifflement.

On avait déjà vu Domotic au Nouveau Casino en première partie de Múm, mais ce concert n’était pas à la hauteur de leur très bon premier album. Aussi nous étions heureux de les revoir pour apprécier une éventuelle évolution de leur prestation.
A vrai dire, nous n’avons pas été déçu puisque le groupe qui est maintenant sur scène sous forme de duo a bel et bien changé. Là où leur musique en live avait été aplanie, faisant la part belle aux mélodies soyeuses, on retrouve tous les petits grésillements et craquements qui donnent un certain relief à l’ensemble.
Pour le reste pas de grosses surprises, les mêmes jolis morceaux, qui mêlent parfois électronique et guitare, samples de voix tronqués, découpés, et mis en boucle. Par contre, alors que l’on s’attendait à un concert d’une heure, le dernier morceau surprend tout le monde en se terminant brusquement au bout de 35 minutes.
Le public s’attend comme nous à une suite, une deuxième partie, mais non.

Fabrice ALLARD, François Bousquet
le 27/10/2002

À lire également

04/06/2002
Domotic - Múm
(Nouveau Casino)
23/10/2004
Colleen / Half Asleep
(Les Voûtes)
19/03/2013
Umberto / Egyptology
(Flèche d’Or)
11/07/2004
Siestes Electroniques
(Jardin Raymond VI)