Le Cabaret des Utopies

 auteur

Groupe Incognito

 metteur en scène

Groupe Incognito

 date

du 02/06/2008 au 28/06/2008

 salle

Théâtre de la Cité Internationale,
Paris

 appréciation
 tags

Groupe Incognito / Théâtre de la Cité Internationale

 liens

Théâtre de la Cité Internationale

 dans la même rubrique
du 14/09/2018 au 21/10/2018
Les Enivrés
(Théâtre de la Tempête)
du 09/05/2018 au 26/05/2018
Le Quatrième Mur
(Théâtre Paris-Villette)
du 02/05/2018 au 26/05/2018
À la Trace
(Théâtre de la Colline)
du 15/03/2018 au 23/03/2018
Mondes
(Théâtre de la Cité Internationale)

Compagnie principalement formée au Théâtre National de Strasbourg, le Groupe Incognito présente, à la Cité Internationale, lieu ami de la salle alsacienne, Le Cabaret des Utopies, spectacle créé en 2004 et constamment rénové depuis.

Alors que les comédiens (accompagnés de deux musiciens installés côté jardin : l’un à la contrebasse, l’autre passant du piano à la guitare) sont déjà sur scène quand le public s’installe, la pièce débute par ce qui ressemble à un petit précis de théâtre de l’absurde. Débat enlevé et déjanté sur l’utopie, cette première scène alterne envolées rêvant d’un monde meilleur, citations de Thomas More ou Campanella et passages chantés. Dès cet incipit, les bases du spectacle sont posées : moments musicaux joliment intégrés pour des chansons de Thomas Fersen, Wladimir Anselme, Gérard Lenorman, Léo Ferré, Damia ou Claude François, successions de soliloques et aphorismes sans autre sens que celui de décrire un hypothétique idéal, référencement assez fortement marqué. De fait, au-delà des auteurs et musiciens déjà évoqués, une scène se fait novarinesque (quand il s’agit de représenter corporellement des concepts et notions purement théoriques), des intermèdes bricolés côté cour usent d’artifices typiques des travaux de Fischli & Weiss (une étincelle s’allume, une corde se consume, elle fait tomber une botte qui renverse un saut d’eau, etc…) et la dimension burlesque de l’ensemble évoque les grandes heures du muet.

Pour autant, ces multiples sources, plus ou moins clairement assumées, n’empêchent pas de passer un très agréable moment, ponctué de savoureux passages à l’image de cette tirade dans laquelle un comédien exhorte ses congénères (« Soyons tous d’accord avec moi »). Néanmoins, on déplorera quand même le caractère relativement inoffensif du propos général qui critique gentiment notre société contemporaine, en raille quelques travers, suggère des pistes tout à fait irréalistes, mais sans que tout cela ne fasse grand mal en définitive. Comme si, soucieux d’occuper en permanence les espaces sonore et du plateau, le Groupe Incognito fonctionnait parfois en roue libre ; un léger travers qui devrait de toute évidence s’estomper avec les années.

François Bousquet
le 24/06/2008

À lire également

du 26/01/2004 au 21/02/2004
Sérénité des Impasses
(Théâtre de la Cité Internat)
du 06/11/2017 au 21/11/2017
Mon Amour Fou
(Théâtre de la Cité Internat)
du 15/03/2018 au 23/03/2018
Mondes
(Théâtre de la Cité Internat)
du 14/05/2009 au 06/06/2009
Vice-Versa
(Théâtre de la Cité Internat)