GRM Experience : Fennesz - Thomas Bloch et DJ Röm - Collectif Canicule - A. Rebotini

 date du concert

27/09/2002

 salle

Grande Halle de la Villette,
Paris

 tags

Arnaud Rebotini / DJ Röm / Fennesz / Festival Villette Numérique / Grande Halle de la Villette / Michel Redolfi

 liens

Fennesz
Michel Redolfi
Grande Halle de la Villette

 dans la même rubrique
08/11/2018
Drone À Clochettes
(Alimentari)
04/11/2018
Festival Soy #16 : Keith Fullerton Whitman
(Musée d’Arts)
03/11/2018
Festival Soy #16 : Martina Lussi
(Musée d’Arts)
01/11/2018
Festival Soy #16 : Anne Müller / Saåad
(Museum d’histoire naturelle)

Dans le cadre de cette première édition du festival Villette Numérique, et après les concerts de Kraftwerk, deux soirée concerts avec des artistes un peu plus d’actualité avec ce soir Arnaud Rebotini peut-être plus connu sous le nom de Zend Avesta, et Fennesz que l’on ne présente plus puisque l’on parle régulièrement de lui dans ces pages.
Sous le nom de GRM Expérience se cache quatre concerts d’artistes ayant passé quelques temps au GRM (Groupe de Recherches Musicales). La salle Boris Vian de la Grande Halle de la Villette est un véritable petit auditorium tout à fait adapté à ce genre de prestation en alliant confort et qualités d’écoute exceptionnelles.

La soirée doit se découper en 4 sets de 20 minutes mais les artistes ont occupé ce temps comme bon leur semblait, certain débordant largement, d’autres comme Arnaud Rebotini se contentant d’un petit quart d’heure.
C’est lui qui à la lourde tâche d’entamer la soirée avec pour commencer une sorte d’electronica à la fois légère avec ses sonorités métalliques et inquiétante, tendue avec ses samples de voix et ses glissements dans les graves.
Un mélange d’electronica et de musique concrète avec des influences industrielles qui prennent toute leur ampleur dans un deuxième temps : rythmique lourde aux cassures impromptues, sonorités grinçantes avant un final plus minimaliste. Un entrée en matière plutôt étonnante et un genre de musique que l’on ne s’attendait pas à entendre ce soir.

On passera vite sur le groupe suivant, le Collectif Canicule. Trio composé d’un batteur, d’un violoniste et d’un claviériste, leur musique sans aucune surprise laisse un goût amer. Demander à n’importe quel groupe de rock de faire de la musique contemporaine et vous aurez une idée de ce que l’on peut obtenir : rythmique imprévisible, sonorités improbables qui sortent du violon transformé, bref tous les poncifs du genre ici rassemblés.

La troisième pièce proposera une rencontre intéressante entre DJ Röm et Thomas Bloch qui ensemble revisite L’Ombre de la Méduse de Michel Redolfi. Les deux musiciens venus d’univers complètement différents combinent sonorités pures pour Thomas Bloch tour à tour au glassharmonica (étrange instrument sous la forme d’un cône en verre) et aux ondes Martenot, et une musique assez orienté dark ambient pour DJ Röm.
L’ensemble évoque par moment la musique d’un film d’angoisse, d’une messe noire, le côté cinématographique étant renforcé par de nombreux samples de voix, et bruitages qui créent un mouvement, un semblant d’histoire.
Le deux musiciens sont toujours en accords, chacun laissant à l’autre l’occasion de s’exprimer, sachant s’effacer pour mettre au premier plan les mélodies de Thomas Bloch ou les ambiances sombres de DJ Röm.
Un excellent concert.

Voici une nouvelle occasion de voir Christian Fennesz et c’est avec une certaine appréhension que l’on aborde ce concert. Est-ce que sous couvert de l’expérience GRM celui-ci va proposer quelque chose de réellement nouveau par rapport à ses autres concerts ?
Il débute en effet très calmement avec des sons de cloches et sans crier gare embraye sur une rythmique, des chuintements, bref des éléments qui font déjà partie intégrante de son répertoire. Pourtant on a un peu de mal a rentrer dans le jeu, Fennesz semble se chercher à moins que ce soit nous qui cherchions là ou il veut en venir. L’ensemble est d’abord très abstrait et ce n’est qu’au bout d’une dizaine de minute avec l’arrivée d’une saturation qui crée un liant que l’on retrouve Fennesz.
La suite tour à tour calme ou nerveuse sera toujours appuyée sur une nappe, une texture, mais une nouvelle fois Fennesz nous aura surpris.

Fabrice ALLARD
le 28/10/2002

À lire également

16/11/2014
Transient Festival (...)
(Mains d’Oeuvres)
29/03/2014
Présences Electronique
(Le 104)
11/05/2004
Fennesz
(Stazione Leopolda)
22/01/2002
Marc Sens - Fennesz (...)
(Échangeur)