Alva Noto

Xerrox Vol.2

(Raster-Noton / Metamkine)

 date de sortie

00/01/2009

 genre

Electronique

 style

Ambient / Glitch / Noise

 appréciation

 tags

Alva Noto / Ambient / Carsten Nicolaï / Glitch / Noise / Raster-Noton

 liens

Carsten Nicolaï
Alva Noto
Raster-Noton

 autres disques récents
Miwon
Jigsawtooth
(n5MD)
Teknomom
La Marche des Arthropodes
(Le Turc Mécanique)
Billow Observatory
II : Plains/Patterns
(Azure Vista Records)
High Plains
Cinderland
(Kranky)

C’est en 2006 que l’on découvrait la nouvelle veine abordée par Alva Noto, avec Xerrox, présenté en live au Centre Pompidou, et revu assez régulièrement depuis (Présences Electronique, BB Mix). Abandonnant son electronica minimale et cliquetante au profit d’une ambient grésillante, Carsten Nicolaï semble chercher à se renouveler et donne l’impression d’être à un tournant.

On a beau avoir déjà vu Xerrox plusieurs fois en live, on ne s’est toujours pas fait à l’idée de ce changement de registre, et c’est encore la surprise qui nous envahi alors que les premières notes de ce deuxième volet se font entendre. Lente montée de drone grésillant, d’une telle densité qu’il en devient presque bruitiste, des jets de crépitements, le tout mêlé de nappes ambient très classiques. Certes, c’est plutôt joli, doux à l’oreille, agréable donc, mais difficile de ne pas trouver un certain manque d’inspiration sur ce Xerrox Phaser Acat 1 de 12 minutes !!
Certes, on se laisse bercer, porté par le blues futuriste de Xerrox Monophaser 2, certainement le titre le plus réussi de l’album, qui nous semble largement inspiré de la bande son de Blade Runner avec défilé de vaisseaux spatiaux, on peut avoir parfois le sentiment d’avoir affaire à une compilation d’anciens travaux avec Xerrox Sora que l’Allemand jouait en rappel lors de la tournée Insen avec Ryuichi Sakamoto, tandis que par ailleurs ce sont Michael Nyman et Stephen O’Malley qui sont samplés et passés à la moulinette des effets du laptop. Le rendu est assez homogène alignant les nappes, superposant les fins bruitages grésillants voire granuleux, allant jusqu’aux déchirements (Xerrox Soma) et textures bruitistes (Xerrox Meta Phaser). Sur la deuxième moitié de l’album ce sont des nappes de cordes synthétiques qui habillent les tintements mélodiques de (Xerrox Monophaser 1), presque menaçantes sur Xerrox Monophaser 3 tandis que ce sont des drones qui sont à l’honneur sur Xerrox Tek Part 1, ponctués de tintements rendus métallisés par une dégradation du son numérique.

Xerrox Vol.2 s’inscrit (se perd serait-on tenté de dire pour l’instant) dans un concept, la série Xerrox qui doit compter cinq volumes. Aussi toute critique de ce volet est un peu vaine tant que l’on ne peut voir l’œuvre dans son ensemble. Toujours est-il que pris à part, ce Xerrox Vol.2 nous apparait comme une incongruité dans la discographie d’Alva Noto.

Fabrice ALLARD
le 05/07/2009

À lire également

Grischa Lichtenberger
Ununbium / Treibgut
(Raster-Noton)
Frank Bretschneider
Sinn+Form
(Raster-Noton)
NHK
Unununium
(Raster-Noton)
Ryoji Ikeda
1000 fragments
(Raster-Noton)