La Nuit Blanche

 metteur en scène

Gilberte Tsaï

 date

du 13/11/2001 au 12/12/2001

 salle

Nouveau Théâtre de Montreuil,
Montreuil

 tags

Nouveau Théâtre de Montreuil

 liens

Nouveau Théâtre de Montreuil

 dans la même rubrique
du 15/03/2018 au 23/03/2018
Mondes
(Théâtre de la Cité Internationale)
du 09/01/2018 au 11/02/2018
L’Autobus
(Théâtre 13)
du 09/01/2018 au 20/01/2018
1993
(Théâtre de Gennevilliers)
du 08/10/2017 au 20/12/2017
Criminel
(Manufacture des Abbesses)

Très belle soirée au Théâtre de Montreuil où en 14 tableaux nous est contée la vie quotidienne au XVIIIe siècle. Prenant comme point de départ les archives judiciaires de l’époque, la metteur en scène Gilberte Tsaï (par ailleurs directrice du Centre Dramatique) préfère nous intéresser à la destinée des gens de la rue qu’à celle de ceux fréquentant les fastes des palais.

Après un préambule un peu trop explicatif où l’on voit les comédiens fouiller les archives et en extirper les plus révélatrices, on bascule deux cent ans en arrière et on passe alors de l’évocation des Halles à celle du guet en passant par les différents métiers de la rue. Bien joué, c’est surtout par sa mise en espace que le spectacle brille : les rues de Paris prennent vie sous nos yeux avec pourtant un minimum de moyens (poutres, chaises, tonneaux, échelles...), un plan de la ville est astucieusement dessiné (des tas de plumes étant répartis sur le sol, un coup de balai incurvé suffit à figurer la Seine et des petits monceaux les îles de la Cité et St-Louis).

Comme souvent dans ce genre de pièce reconstitutive, on n’échappe pas au traditionnel mélange des petites histoires quotidiennes et de la grande Histoire. Ainsi entrent en scène Jean-Jacques Rousseau et Jacques Damien (cet homme que Louis XV avait chargé de commettre une tentative d’assassinat contre lui pour restaurer sa popularité et qui finira écartelé contrairement à la promesse du roi). On s’intéressera peut-être davantage aux parallèles que l’on voit apparaître entre les fragments de la pièce et l’actualité contemporaine. L’évocation de centaines de morts le soir du mariage du dauphin à la suite d’une bousculade apparemment provoquée par les cavaliers de la police n’est, par exemple, pas sans rappeler la répression de la manifestation du 17 octobre 1961.

S’interrogeant aussi sur la question de la représentation (comment figurer une foule sur une scène ? comment représenter des feuilles d’archives ? etc...), ce spectacle, extrêmement agréable et plaisant, ne verse pourtant ni dans un intellectualisme forcené, ni dans un didactisme scolaire.

François Bousquet
le 02/12/2001

À lire également

du 17/03/2016 au 03/04/2016
En Route – Kaddish
(Nouveau Théâtre de Montreui)
du 11/12/2015 au 15/12/2015
Adishatz / Adieu
(Nouveau Théâtre de Montreui)
du 27/11/2017 au 04/12/2017
Fruits of Labor
(Nouveau Théâtre de Montreui)
05/05/2015 et 06/05/2015
Une Femme au Soleil
(Nouveau Théâtre de Montreui)