Hallucinator - Scion

 date du concert

15/11/2002

 salle

Centre Pompidou,
Paris

 tags

Centre Pompidou / Hallucinator / Scion

 liens

Centre Pompidou

 dans la même rubrique
05/08/2017
Ujjaya
(Petit Bain)
02/06/2017
Acetate Zero / He Died While Hunting
(Olympic Café)
06/05/2017
Esmerine / Bärlin
(Espace B)

Dans le cadre de l’exposition Sonic Process, concerts ce soir de Scion et Hallucinator. Scion s’était déjà illustré sur le label Basic Channel avec Vainqueur, le projet solo de l’un des membres, puis sur Chain Reaction (le label qui a sorti les premiers albums de Monolake et Vladislav Delay), tout comme Substance, un autre projet solo. C’est également sur Chain Reaction que sévit Hallucinator, et dans l’exposition Sonic Process, sous le pseudonyme de Flow Motion avec l’installation Ghost Dance.

Après cette petite présentation, passons aux concert, avec Scion pour débuter. On précisera tout d’abord que le groupe à une certaine actualité puisque vient de sortir chez Tresor un album regroupant des morceaux parus chez Basic Channel, retravaillés, arrangés par Scion, afin de leur donner une nouvelle jeunesse et peut-être faire découvrir ce label devenu mythique, avec un son bien particulier.
Du coup, pas de grosse surprise avec la prestation de Scion, très fidèle à cette lignée avec un son granuleux techno-dub, très dansant avec une basse soutenue, mais soyeux, avec des mélodies insaisissables et des sonorités accrocheuses. On pensera bien sur à Porter Ricks, de la même famille, et qui passait il y a quelques semaines seulement au Batofar, et on pouvait regretter d’être coincé dans un siège pour écouter ce type de musique.

Hallucinator ensuite calme le jeu avec un début très calme, atmosphérique et dense, comme des vagues venant et disparaissant sur des fréquences sonores variées, dont un lent martèlement de basse en guise de charnière à une suite moins inspirée, moins cohérente, plus minimaliste avec des influences world au niveau de la rythmique acoustique samplée.
On passe ensuite par le passage obligé au dub, agréable, tout en ne s’éloignant pas trop du dub originel, et puis un morceau un peu plus techno pour terminer ce set tout en évolution.

Toutefois ce concert nous laissera une impression mitigée tandis que nous garderons un excellent souvenir de la prestation de Scion.

Fabrice ALLARD
le 16/11/2002

À lire également