Hildur Guðnadóttir

Without Sinking

(Touch / La Baleine)

 date de sortie

00/03/2009

 genre

Classique

 style

Néo-Classique

 appréciation

 écouter

Erupting Light (complet, Flash)

 tags

Hildur Guðnadóttir / Jóhann Jóhannsson / Néo-Classique / Touch

 liens

Jóhann Jóhannsson
Touch
Hildur Guðnadóttir

 autres disques récents
Franck Vigroux
Rapport sur le Désordre
(DAC Records)
Christina Vantzou
N° 4
(Kranky)
Erik Nilsson
The Imperfect Tense
(Hidden Shoal Recordings)
Ghost Flute & Dice
Live At Echokammer
(Attenuation Circuit)

Si c’est la première fois que l’on parle d’une production solo de l’Islandaise, on a à plusieurs reprises évoqué son travail en tant que violoncelliste au sein de Angel, le trio qu’elle forme avec Ilpo Väisänen et Dirk Dresselhaus (Schneider Tm). Peut-être plus anecdotique mais moins confidentiel, on trouvait déjà Hildur Guðnadóttir sur Yesterday Was Dramatic - Today Is OK de Múm avec qui elle continue de collaborer occasionnellement. Après Mount A chez 12 Tónar, Without Sinking est son deuxième album, et donc son premier chez Touch, une migration assez logique après ses collaborations avec BJ Nilsen ou Jóhann Jóhannsson.

Si quelques instruments viennent faire leur apparition, quelques amis venant prêter main forte, c’est bien le violoncelle qui domine sur cet album solo aux ambiances brumeuses, à l’image de la pochette, voire sombres et inquiétantes. L’Islandaise travaille également pour le théâtre et la danse, et ce type de croisement entre disciplines artistiques nous paraîtra naturel à l’écoute de Elevation qui ouvre l’album avec superpositions de cordes lancinantes et glissando à tout va. À vrai dire, on a dans un premier temps l’impression que des pièces très coulées vont rapidement nous lasser de ces 50mn de violoncelle solo. En effet, et même s’ils traduisent bien le flou, le mystère, la brume, des ambiances vaporeuses, des titres comme Circular ou Ascent manquent un peu de contraste pour nous tandis que l’on retrouve la lumière à l’aide des orgues de Jóhann Jóhannsson sur Overcast.
Heureusement on est assez rapidement rassuré avec quelques pièces nettement plus enlevées, en jouant sur le tempo, l’attaque des notes, ajoutant de la dureté à la noirceur ambiante. À ce titre, Erupting Light est un petit bijou dans lequel chaque note, chaque glissement de l’archet semble traduire les mouvements de l’âme. L’album s’enrichit ensuite avec Aether alors que Hildur Guðnadóttir passe à la cithare et se voit rejointe par Guðni Franzson à la clarinette, elle apportant lumière, lui contribuant à la douceur de la pièce. On notera enfin des pièces comme Opaque et Into Warmer Air au tempo plus marqué alors que l’Islandaise donne de brefs petits coups sur les cordes de son instrument, laissant ensuite les mélodies trouver leur place.

Etant donné ses précédents travaux, ses collaborations actuelles, on avait un a priori positif concernant le travail de la demoiselle. Maintenant ce n’est plus un a priori et Without Sinking tient très largement ses promesses !

Fabrice ALLARD
le 16/08/2009

À lire également

Sohrab
A Hidden Place
(Touch)
28/03/2010
Air d’Islande : Hildur
(Flèche d’Or)
08/09/2009
Múm / Benni Hemm Hemm (...)
(Maroquinerie)
Hauschka & Hildur Guðnadóttir
Pan Tone
(Sonic Pieces)