Biosphere

Wireless - Live at the Arnolfini, Bristol

(Touch / La Baleine)

 date de sortie

16/05/2009

 genre

Electronique

 style

Ambient / Field Recordings

 appréciation

 tags

Ambient / Biosphere / Field Recordings / Touch

 liens

Biosphere
Touch

 autres disques récents
Kenneth Knudsen & Oliver Hoiness
November Tango
(Stunt Records)
Daisuke Miyatani
Diario
(Schole)
bvdub
Yours Are Stories Of Sadness
(Sound in Silence)
Yann Novak
Ornamentation
(Touch)

Tiens, un nouvel album de Biosphere... chic !!
Oh et puis ça va nous changer, il s’agit d’un live, le genre de chose qui manquait justement à le discographie de Geir Jenssen, même si beaucoup se demanderont, à raison, quel est l’intérêt d’un tel album chez un artiste dont les prestations live ont peu de différences avec ses albums studio. En ce qui nous concerne on y verra un témoignage des concerts donnés courant 2007 et début 2008, avec un set particulièrement proche de ce que l’on pouvait voir à La Géode en janvier 2008.

Tous les spécialistes Touch du field recording sont représentés ici puisque ce concert donné à Bristol en octobre 2007 a été enregistré par Chris Watson selon ses méthodes habituelles, à savoir aux micros et non pas à la console, le résultat de ces enregistrements ayant ensuite été édité et masterisé par BJ Nilsen. Moins surprenant, c’est toujours Jon Wozencroft qui est responsable de la couverture, mais dans un style très différent de ses précédents travaux et qui semble marquer un virage chez Touch, en confirmant cette nouvelle approche graphique sur les albums de Robert Hampson et Mika Vainio dont nous parlerons prochainement.
La petite surprise de ce Wireless, elle se situe en ouverture et clôture de concert, avec la participation de Anders Karlskås aux trombones, ne produisant que des souffles, expirations, et claquements des clapets de son instrument, soit une introduction véritablement acoustique avec Pneuma. Par la suite on se retrouve en terrain connu, revisitant 10 ans de production musicale du Norvégien avec des titres extraits de Substrata, Cirque, Shenzou et Dropsonde, donnant à ce live l’aspect d’un best of, avec tout de même comme grand absent l’album Autour de la Lune.
En contrepartie, on trouve un inédit avec Calais Ferryport, et un travail un peu différent de ses productions habituelles, très basé sur des field recordings à peine édités, petit à petit envahis de nappes synthétiques, mais laissant globalement apparente l’origine de ses sons, ici plus urbains que d’accoutumée. Environ une heure de rêveries planantes, et puis Pneuma II qui nous permet de retrouver Anders Karlskås avec cette fois de graves et lourdes notes de trombones, semblant imiter le départ d’un ferry, et signifiant à l’auditeur que le voyage est terminé.

Certes, pas de grosse surprise, mais ce n’est pas ce que l’on attend non plus de Geir Jenssen. Wireless est une valeur sûre pour les fans du Norvégien, un très plaisant best of live.

Fabrice ALLARD
le 05/09/2009

À lire également

Rosy Parlane
Jessamine
(Touch)
25/03/2011
Présences Electronique
(Le 104)
Chris Watson
El Tren Fantasma
(Touch)
Hildur Guðnadóttir
Saman
(Touch)