The Clean

Mister Pop

(Morr Music / La Baleine)

 date de sortie

04/09/2009

 genre

Rock

 style

Indie

 appréciation

 écouter

3 RealAudio complets

 tags

Indie / Morr Music / The Clean

 liens

Morr Music
The Clean

 autres disques récents
Automatisme
Transit
(Constellation)
Glass Locus
Escapism
(Audiobulb)
The Eye Of Time
Myth II : A Need To Survive
(Denovali Records)

À ses débuts (de 1999 à 2002), on reprochait parfois à Morr Music de se limiter à une electronica proprette ; puis (2003-2004) le label allemand s’est attaché à une electronica-pop à voix féminine avant de se tourner vers des rivages plus organiques : folk, pop orchestrée et indie pop. Face à ce constat, il ne s’agit pas de faire le procès d’une structure qui a su se renouveler (on fait fréquemment le reproche inverse à d’autres), mais de se demander s’il n’est pas regrettable que l’ambition du label berlinois semble à présent se limiter à la sortie européenne de disques signés par des labels pops états-uniens (Merge pour le disque de Telekinesis et celui-ci, Barsuk pour l’album de The Wooden Birds) et néo-zélandais (Arch Hill pour le EP de Surf City). On veut bien entendre que Thomas Morr est fan de la pop « kiwi » (cf. cette compilation de reprises des groupes Flying Nun et autres), mais qu’il en vienne à récupérer toutes les formations opérant dans ce genre n’est pas forcément la meilleure idée qu’il ait eu.

Alors, évidemment, The Clean (puisque ce sont d’eux qu’il s’agit ici) ne sont pas des suivistes, actifs qu’ils sont depuis 1978 et ce n’est pas honteux pour un label de les accueillir, mais on cherche toujours la dimension aventureuse et investigatrice d’une telle entreprise. En effet, musicalement, le trio enfile les morceaux comme des perles, comme si de rien n’était. Non seulement les arrangements, entrées des instruments et agencements des morceaux sont attendus et ne se différencient nullement de ce qui a pu être proposé depuis une vingtaine d’années, mais c’est l’intégralité de l’album qui souffre de ce trop grand programmatisme : titre du disque brandi comme un étendard, morceaux qui ne se donnent même pas la peine d’être appelés autrement que par les trois mots qui reviennent dans chaque refrain et durée calibrée (dix morceaux pour trente-quatre minutes). On veut bien croire le groupe quand il annonce qu’il s’agissait en réalité de proposer un pastiche, mais le second degré semble quand même bien loin. Du coup, plutôt que de déguster une petite madeleine indie, c’est avec un abattement mâtiné d’agacement que se termine l’écoute de ce Mister Pop.

François Bousquet
le 25/09/2009

À lire également

Limp
Orion
(Morr Music)
Örvar Smárason
Light Is Liquid
(Morr Music)