Luc Ferrari + DJ Olive

 date du concert

03/05/2001

 salle

Théâtre Monfort,
Paris

 tags

DJ Olive / Luc Ferrari / Théâtre Monfort

 liens

Théâtre Monfort

 dans la même rubrique
19/09/2017
David Merlo / Gaute Granli / Steve Jansen
(Pointe Lafayette)
05/08/2017
Ujjaya
(Petit Bain)
02/06/2017
Acetate Zero / He Died While Hunting
(Olympic Café)

Le cadre bucolique du théâtre Sylvia Montfort, situé entre la petite ceinture et le parc Georges Brassens, accueille les concerts du festival "extension de domaine de la note". Le moment passé à boire un café à la terrasse au soleil suffit à convaincre que ce choix est judicieux.
Plus tard, d’autres arguments plus techniques (l’acoustique de la salle) conforteront ce jugement. Le concert du soir est la rencontre (initiée par le directeur du Vooruit, à Gent) entre Luc Ferrari - membre du Groupe de Recherche Musicale au debut des années 60, enseignant-chercheur, musicien, fondateur de l’association "La Muse en Circuit" qui organise le festival - et DJ Olive - platiniste new-yorkais, qui a collaboré avec Christian Marclay ou bien Kim Gordon.

Luc Ferrari prend place derrière ses lecteurs de CD, tandis que DJ Olive met en place ses vinyls. La performance commence, Ferrari utilise ses archives sonores datant des années 70, et fournit la base mélodique de la collaboration, tandis que DJ Olive assure la rythmique et les scratchs. Leurs musiques se mélangent parfaitement, ligne de basse et voix déformées, tintements synthétiques et samples non-identifiables, évoquant de manière surprenante la musique de Boards of Canada.
Au cours du concert, le rôle de chacun évolue, et c’est Ferrari qui impulse désormais le rythme, par des bribes de son plus courts.
Les deux musiciens n’ont visiblement pas l’habitude de jouer ensemble, et échangent beaucoup de regards, à l’ecoute de l’autre, bien que ce soit Ferrari qui mène la danse, surveillant son chronomètre pour se situer par rapport à sa composition.
Leur set s’achève, au soulagement de DJ Olive, visiblement impressionné par Ferrari. Il se place timidement en retrait, montrant à qui le public doit adresser ses applaudissements.

Bertrand Le Saux, Soizig Le Calvez
le 20/05/2001

À lire également

31/03/2003
Text of Light : L. (...)
(Centre Pompidou)
09/03/2006
Festival Présences Electro
(Maison de la Radio)
08/05/2003
Büro 5 Years Birthday (...)
(Théâtre Dejazet)
15/03/2009
Présences Electronique
(Le 104)