aus

Light In August, Later

(Someone Good / Import)

 date de sortie

19/10/2009

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 tags

aus / Electronica / Someone Good

 liens

aus
Someone Good

 autres disques récents
Kyoka
SH
(Raster-Noton)
eRikm
Doubse Hystérie
(Monotype Records)
Borosilicate Purl
Coalescence
(Autoproduit)
Stafrænn Hákon
Hausi
(Vogor Records)

Malgré un rythme de production toujours aussi impressionnant (un album par an, sans compter les disques compilant des sorties précédentes et les albums de remixes), aus continue de livrer des longs-formats passionnants, dans lesquels son electronica fait souvent merveille, qu’elle soit instrumentale ou accompagnée vocalement.

Pour ce Light In August, Later paraissant sur le label australien Someone Good, c’est majoritairement la première veine que poursuit Yasuhiko Fukuzono avec ce qu’il faut de lignes mélodiques tremblotantes ou d’incursions de micro-larsens (Urum), d’impressions onirico-poétiques (sensation d’être bien au chaud à l’intérieur tandis qu’il neige dehors dans Pool, granulosité des composants électroniques contre clarté des notes de piano et cordes dans A World Of Dazzle).

Sur les morceaux chantés, notamment par Cokiyu, jeune Japonaise maintenant bien habituée des disques d’aus, ce dernier convoque aussi une guitare acoustique dialoguant idéalement avec des petites rythmiques (Little Song At Little Time) ou un piano à la fragile sensibilité (Opened). Également convié comme invité, Glim (cet artiste autrichien dont ces pages ont déjà mentionné les sorties solo), confère, sur les deux morceaux où il est présent (Later et Remnant), une touche un peu plus acérée que sur le reste de l’album, bousculant légèrement cette délicatesse qui caractérise par ailleurs la musique de Yasuhiko Fukuzono.

François Bousquet
le 28/10/2009

À lire également

Northerner
The Ridings
(Home Assembly Music)
aus
After All
(flau)
Fedaden
Verdad EP
(Nacopajaz)
FilFla
FlipTap
(Someone Good)