Ms. John Soda - Static - Guitar

 date du concert

26/11/2002

 salle

Glaz’Art,
Paris

 tags

Glaz’Art / Guitar / Morr Music / Ms John Soda / Static

 liens

Static
Ms John Soda
Morr Music
Glaz’Art

Etape parisienne de la tournée Morr Music consécutive à la sortie de Blue Skied An’ Clear, la compilation hommage à Slowdive sortie en début d’automne sur le label berlinois. Au programme deux récentes signatures du label : Ms. John Soda et Guitar et un artiste signé sur le label ami City Centre Offices : Static.

Guitar débutant les opérations, on retrouva Digital Jockey seul derrière son laptop pour une interprétation à l’identique des titres de son album. On en vint presque à croire qu’il se contentait de lancer les différentes plages du disque, tellement les versions proposées furent proches de celles enregistrées. N’aimant déjà pas sur disque la musique de Guitar, on ne sera pas plus convaincu par une prestation qui ne dura, heureusement, qu’une demie-heure, où nous fut assénée une électro-pop louchant sans complaisance vers la variété-soupe, sombrant dans la facilité, voire la putasserie avec des titres comme Sunkissed (rythmique poum-poum-tchak, voix féminine aguicheuse et atmosphère faussement alanguie).

On passa ensuite à Static, dont l’album, sorti en début d’année, nous avait laissé un peu dubitatif mais à propos duquel on pouvait raisonnablement penser que, sur scène, le résultat serait plus concluant. Alternant morceaux instrumentaux et titres chantés, jouant de la batterie électronique, triturant ses machines, Hanno Leichtmann nous offrit un set riche et intéressant. Le contraste avec Guitar était flagrant : les sonorités étaient plus recherchées, les rythmiques plus complexes, le recours aux voix moins systématique et moins racoleur ; et, même si on pouvait reprocher un côté trop mécanique à certains morceaux, l’ensemble passait plutôt bien, d’autant qu’en plus de ses morceaux personnels, au sein desquels on distinguera le probant Attack, Static nous proposa un très bon remix d’un titre de Pulseprogramming. Hanno Leichtmann nous fit donc une bonne impression malgré notre scepticisme initial et termina son concert par Headphones, le "tube" de son album, chanté par Ronald Lippock de Tarwater et par Turn on, switch off, sympathique chanson, récemment parue en 12" et interprétée par une Valerie Trebeljhar (chanteuse de Lali Puna) pour une fois inspirée.

Ce fut enfin au tour de Ms. John Soda de monter sur scène. Le quatuor formé autour de la chanteuse Stefanie Böhm (membre de Couch, par ailleurs) et du bassiste Micha Acher (un des deux piliers de The Notwist) venait défendre son tout récent album qui, malgré quelques rares qualités, ne nous avait pas plu. Mais, dès le premier morceau, nous comprîmes que l’approche scénique allait être bien différente de celle du disque ; en effet, un peu à la manière de The Notwist, le groupe sonne beaucoup plus "rock" qu’en studio. La présence d’une batterie et d’un clavier, en plus du duo de base, permit de donner densité et profondeur à des chansons qui apparurent alors sous un jour nouveau, moins mièvres et moins simplistes que sur No p. or d.. Mené par un Micha Acher qui conserva la même attitude qu’avec The Notwist (pieds immobiles, se secouant vigoureusement la tête d’avant en arrière), le groupe, sans pour autant atteindre les sommets, peu aidé, qui plus est, par un volume sonore beaucoup trop élevé et produisant un rendu proche de la bouillie, nous fit passer un moment pas désagréable.

François Bousquet
le 27/11/2002

À lire également

It’s A Musical
For Years And Years
(Morr Music)
Static
Re : Talking About Memories
(City Centre Offices)
Dieter von Deurne and The Politics
s/t
(Morr Music)