Peter Broderick & Machinefabriek

Blank Grey Canvas Sky

(Fang Bomb / Import)

 date de sortie

14/11/2009

 genre

Electronique

 style

Ambient / Néo-Classique

 appréciation

 écouter

Kites (morceau complet via SoundCloud)

 tags

Ambient / Fang Bomb / Machinefabriek / Néo-Classique / Peter Broderick

 liens

Machinefabriek
Peter Broderick
Fang Bomb

 autres disques récents
Peter Broderick
All Together Again
(Erased Tapes)
Cristian Vogel
Classics Remastered 1993-1998
(Sub Rosa)
Lau Nau
Poseidon
(Fonal)
Ueno Takashi
Smoke Under The Water
(Room40)

Multipliant les disques partagés et collaboratifs, c’est cette seconde option que Machinefabriek a choisi cette fois-ci pour une sortie sur le label Fang Bomb, structure suédoise dont il n’avait pas encore été question sur ces pages et qui s’était notamment signalée par un album de Jasper TX un peu plus tôt dans l’année. Comme souvent, Machinefabriek s’associe à un musicien n’évoluant pas forcément dans son propre champ d’intervention, histoire de faire naître quelque chose d’encore plus intéressant de leur rencontre. Bonne pioche une nouvelle fois avec Peter Broderick (qui avait déjà participé à l’un de ses albums) dont le jeu de piano se trouve enveloppé par les nappes profondes et sombres du Néerlandais.

Au-delà des morceaux assez contemplatifs, marqués par un caractère épars des notes de clavier, la profondeur qui leur est conférée et l’importance de la place prise par les textures d’arrière-plan (Departure) ou par un dialogue violon-piano (Kites, Homecoming dans lequel Nils Frahm opère au piano), les deux artistes démontrent qu’ils peuvent également évoluer dans un registre plus léger. À ce titre, Planes, porté par un piano enlevé (joué par Adam Selzer, complice de Broderick au sein de Norfolk & Western), des samples de cordes mêlées et quelques vocalises, fait naître une émotion certaine chez l’auditeur embarqué dans ces volutes sonores quasi-tourbillonnantes.

Intervenant aussi hors du registre instrumental, Broderick et Rutger Zuydervelt invitent la Suédoise Susanna Lundgren à chanter aux côtés du premier nommé. Ne se limitant nullement à cette approche plutôt cajoleuse, Machinefabriek sait, quand le besoin s’en fait sentir et au moment où l’album courrait le risque de verser dans une douceur ouatée un peu trop confortable, insérer quelques triturations et sons concassés (Blank Grey). On le constate donc, aucun des six morceaux du disque ne se ressemble, et pourtant un fort sentiment de complicité et d’homogénéité en émane : la marque d’une réussite, assurément !

François Bousquet
le 31/12/2009

À lire également

10/05/2009
Peter Broderick / Nils
(Instants Chavirés)
Peter Broderick
http://www.itstartshear.com
(Bella Union)
Peter Broderick
Home
(Bella Union)
27/03/2011
Ambient Sunday #2 : (...)
(Gaîté Lyrique)