Julia Kent

 date du concert

22/01/2010

 salle

Bus Palladium,
Paris

 tags

Bus Palladium / Julia Kent / Vultures Musick

 liens

Vultures Musick
Julia Kent
Bus Palladium

Ca fait un peu plus de deux ans que l’on n’avait pas vu Julia Kent sur scène, alors qu’elle jouait à la Péniche El Alamein en 2007, année de la sortie de son album Delay chez Important Records. N’en n’ayant pas parlé à l’époque, on se décide à refaire le déplacement en espérant pouvoir en profiter un peu plus que dans un bateau bondé où il fallait jouer des coudes. Direction le Bus Palladium, un lieu mythique de la musique à Paris qui semble renaitre de ses cendres.

On passera sur la première partie assurée par Isidor Gyr et qui ne rentre pas vraiment dans la ligne éditoriale de ce site. C’est vers 22h que la Canadienne, principalement connue pour être membre de Antony And The Johnsons, prend place, seule sur scène avec son violoncelle, quelques pédales d’effets et ce qui semble être un sampleur lui permettant d’assurer tout l’habillage électronique de ses compositions. Le principe est assez souvent le même, elle élabore de petites boucles qu’elle sample en direct afin de construire la base de ses morceaux, puis les envolées de cordes mélodiques prennent le relai.
La Canadienne n’avait pas d’actualité discographique au moment du concert, mais ses deux premiers morceaux nous étaient inconnus, ce qui permettra de spéculer sur une éventuelle suite à Delay, puis elle enchaine avec Venizelos. Pizzicatos en introduction, lentes mélodies, break, puis deuxième partie avec retour des mélodies, en live les morceaux semblent durer deux fois plus longtemps que sur disque. Du coup on ne voit pas le temps passer et après six morceaux, le concert prend fin au bout de 45mn avec le superbement triste Malpensa. Bien sûr le public ne compte pas en rester là et Julia ne tarde à revenir sur scène afin de nous offrir Arlanda qui restait encore dans notre mémoire comme le meilleur moment du concert de 2007.

Étant donné que l’on n’a jamais chroniqué l’album sur ces pages, on en profite pour le conseiller vivement aux amateurs de musique néo-classique. Delay montre par ailleurs assez clairement des influences minimalistes (Philip Glass, Steve Reich) qui nous parurent plus estompées en concert.

Fabrice ALLARD
le 24/01/2010

À lire également

14/06/2011
Julia Kent
(Péniche El Alamein)
Julia Kent & Jean D.L.
The Great Lake Swallows
(Gizeh Records)
Parallel 41
Parallel 41
(Baskaru)