Ciao Bella

 chorégraphe

Herman Diephuis

 date

du 27/01/2010 au 30/01/2010

 salle

Centre Pompidou,
Paris

 appréciation
 tags

Centre Pompidou / Herman Diephuis

 liens

Centre Pompidou

 dans la même rubrique
22/09/2018 et 23/09/2018
Finding Now
(Espace 1789)
04/08/2018
Sabordage !
(Lycée Jacques Decour)
du 23/01/2017 au 27/01/2017
Happy Hour
(Théâtre de la Bastille)
du 03/11/2016 au 10/11/2016
Sideways Rain
(Théâtre Monfort)

Très présent sur les scènes franciliennes en ce début d’année (quatre de ses cinq créations sont montrées d’ici avril), Herman Diephuis s’arrête au Centre Pompidou pour y donner Ciao Bella. Attachée à la figure de la femme à travers les âges, cette chorégraphie ambitionne de partir des canons de la beauté définis il y a plusieurs siècles pour moquer les clichés qu’ils véhiculent encore jusqu’à aujourd’hui.

Malheureusement, et les quelques lignes précédentes pouvaient déjà le laisser pressentir, on se trouve en réalité en face d’un propos globalement trop convenu, avec cet éternel travail sur la représentation, mû par une volonté universaliste que traduisent un plateau nu (hormis deux bancs en fond de scène), une tenue quasi-uniforme des cinq danseuses (chemise noire ou bleue foncée ou violette, pantalon noir, pieds nus) ou des cheveux tous tirés en arrière. On en vient même à se demander ce qu’il reste véritablement du travail d’Herman Diephuis une fois mis de côté les habituels mouvements simultanés des intervenantes (la réaction panurgique comme aliénation de l’individu), les illustrations appuyées de chansons pop (un sein caressé, une langue vulgairement tirée), la succession de poses renvoyant aux vierges de la Renaissance et aux mannequins actuels ou la diffusion saccadée de tubes (Crazy In Love, Toxic, Dancing Queen) avec zapping à chaque changement de direction d’une danseuse.

Quelques soli intéressants peinent en effet à masquer ce qui nous apparaît comme un manque certain d’imagination, ressassant des techniques éprouvées par d’autres (on ne sera pas surpris d’apprendre que Diephuis a travaillé avec Jérôme Bel, par exemple) et s’attaquant à des clichés tellement dénoncés par ailleurs que c’est cette dénonciation elle-même qui devient conventionnelle.

Autre date :
- 25 février 2010 : Manège - Reims

François Bousquet
le 29/01/2010

À lire également

du 27/02/2013 au 20/05/2013
Soto
(Centre Pompidou)
04/10/2002
Polyphonix 40 - CCMC
(Centre Pompidou)
du 08/07/2004 au 10/07/2004
Déroutes
(Centre Pompidou)
19/02/2015
Robert Henke : Lumière
(Centre Pompidou)