Vicnet

Mr. HADOPI

(Da ! Heard It Records / Internet)

 date de sortie

00/01/2010

 genre

Electronique

 style

Acid / Electro / IDM

 appréciation

 écouter

Album complet (MP3/OGG)

 tags

Acid / Da ! Heard It Records / Electro / IDM / Vicnet

 liens

Da ! Heard It Records

 autres disques récents
Arovane + Porya Hatami
C.H.R.O.N.O.S.
(Karl Records)
Tomoyoshi Date + Stijn Hüwels
Hochu-Ekki-Tou
(Home Normal)
Proem
Until Here For Years
(n5MD)
Maps And Diagrams
Azurescens
(Handstitched* Recordings)

De Vicnet, nous n’avions qu’un vieux et mauvais souvenir, un live avec Joana Preiss à la Gaité Lyrique. Étonnamment, le premier titre que l’on écoute de cet album au titre attachant se révèle être un petit bijou d’électro sophistiquée, pêchue et festive. L’occasion de revenir sur le cas Vicnet.

En fait nous retrouvions Vicnet à l’automne dernier lors d’une grosse soirée organisée par Tsunami Addiction à la Maroquinerie, avec notamment Hypo, Davide Balula et Moishe Moishe Moishele, un trio composé de O.Lamm, Mehdi Hercberg et... Vicnet ! Aussi on ne sera pas surpris de retrouver Mehdi crédité ici à la réalisation de la pochette. C’est également un proche des activistes de Büro puisque Vicnet sortait son premier album sur le label Deco.
Mr. HADOPI, album en libre téléchargement et donc tout naturellement une critique envers la loi maintenant votée, est un album d’électro franche et directe qui fleure bon les synthés analogiques, les boites à rythme rétros, les sonorités acides de la TB303 et les vocaux triturés. Contrairement à Puyo Puyo, le précédent disque Da Heard It dont nous parlions, Vicnet n’a pas grand chose à voir avec la scène 8bits et contrairement à ce que l’on peut lire par ailleurs cet album n’a rien de cheap. Certes, l’artiste puise dans un panel de sonorités empruntant assez largement à des machines dignes de figurer dans un musée des musiques électroniques (SH-101, TB303), mais il parvient à faire sonner ces instruments de façon particulièrement moderne sur Handicapped Lover ou Acid Liver, deux tueries taillées pour le dancefloor, légèrement acidulées et finement ciselées par le laptop.

En dehors de ces deux petits bijoux, tout n’est pas du même tonneau, mais on trouve tout de même quelques jolies surprises. On a toujours un peu de mal avec les tendances house et on n’accrochera du coup pas à Swiss Underwater qui ouvre l’album mais on se rattrapera avec le kraftwerkien SMS ou les petites montées synthétiques de Chinese Sportswear. Le dernier tiers de l’album se révèle un peu plus funky, avec la slap bass du répétitif Paper Eyeballs Part XXIII dont on préfèrera la version 100% électro intitulée Paper Eyeballs Part XXIV. Les fans de Jamie Lidell seront certainement content de trouver ici un remix sec et laptopé de son Little Bit Of Feel Good avant de conclure par l’arabisant Egyptian Night toujours très moderne avec ses crissements et ludiques roulements de laptop.

Très belle surprise que cet album, sautillant, festif et soigné. À noter que pour ceux qui sont attachés à l’objet, les sorties Da ! Heard it Records sont certes disponibles en téléchargement gratuit, mais également en CD-R avec la belle pochette made in ShoboShobo.

Fabrice ALLARD
le 30/03/2010

À lire également

Puyo Puyo
Disco
(Da ! Heard It Records)
18/06/2003
Vicnet + Joana Preiss
(Gaîté Lyrique)
14/11/2009
Let’s Kiss & Make (...)
(Maroquinerie)
Pocketmaster
Residue
(Da ! Heard It Records)