Soirée Infamous Label avec Vladislav Delay - David Haines

 date du concert

13/10/2000

 salle

Batofar,
Paris

 tags

Batofar / David Haines / Vladislav Delay

 liens

Vladislav Delay
Batofar

 dans la même rubrique

Une nouvelle soirée "Infamous Label", dédiée ce soir au label néo-zélandais Sigma Edition.
C’est d’une oreille distraite qu’on écoutera Wolfgang Brauneis qui commencera par une techno minimaliste et relativement linéaire pour progresser vers une musique plus proche de l’electronica, plus expérimentale, avec quelques morceaux aux ébauches de mélodies plutot accrocheuses.

David Haines prendra la relais avec un set particulièrement ambient. Pas de basse, pas de rythmique, juste des nappes synthétiques supperposées, qui se croisent et forment un semblant de mélodie. Un set assez long composé de deux morceaux construits sur le même principe. Alors qu’elle pourrait sembler lassante en live, la musique de David Haines se révèle au contraire envoutante, hypnotique.

Réveillé ensuite par les vrombissement d’une basse, ce sont les deux gars de Parmentier qui sont sur scène pour un set très court, un peu long à démarrer mais excellent par la suite dans un style electronica là aussi.

On continu sur notre lancée avec Minit. Deux membres derrière leurs machines, pour 30’ electro-ambient sur lequel on retrouve des collages plus pop, des voix, des choeurs. Au final cela nous fait penser au concert de Foehn, en mai dernier lors de la soirée Fat Cat.

Nous étions venu pour voir Vladislav Delay, découvert récemment sur la compilation Staedtizism sortie chez  scape. Son set répondra a nos attentes et même plus : devant un public qui attendait une techno dansante (vendredi soir oblige...), Vladislav Delay jouera pendant près de deux heures une musique finalement très proche de Pole : dub grésillant aux basses énorme, mais là ou Pole y colle des mélodies ou des textures complexes, Vladislav Delay joue une musique très planante, aux nappes synthétiques qui contrastent avec la structure rythmique.
Le mélange fonctionne a merveille et devient même parfois un véritable enchantement.

Fabrice ALLARD
le 17/10/2000

À lire également

Vladislav Delay
Anima
(Mille Plateaux)
V/A
Vertical Forms
(Vertical Form)
V/A
Loop 01
(Loop)
19/04/2006
Festival Mal au Pixel :
(Confluences)