Delire - Snawklor - Anthony Pateras & Robin Fox

 date du concert

26/04/2003

 salle

Confluences,
Paris

 tags

Anthony Pateras / Confluences / Delire / Robin Fox / Snawklor

 liens

Anthony Pateras
Robin Fox
Confluences

Le festival Avril.Exe qui se déroulait pendant une dizaine de jours à Confluences ouvrait la porte aux arts numériques, qu’ils soient visuels, sonores ou pluridisciplinaires, sous forme d’installations, de performances, ou plus classiquement de concerts.
Il s’agissait ce soir de la clôture du festival dont la programmation fut déléguée à Buro qui invitait le label australien Synaesthesia dont nous avons parlé voici quelques mois.

Les artistes australiens étant plutôt rares par chez nous, il s’agissait déjà d’un petit événement et en quelque sorte d’une suite au concert de Pimmon il y a 6 mois organisé par Buro.
La soirée débutait avec Anthony Pateras & Robin Fox, l’un au laptop, l’autre au micro et machines. Les sons semblent provenir principalement du micro dans lequel l’un des artistes fait une multitudes de petits bruitages, secs, incisifs pour ce qui pourrait ressembler à une rythmique composée de souffles et chuintements transformés en direct. Là dessus viennent s’ajouter d’autres bruitages électroniques provenant du laptop, ainsi que quelques nappes et textures pour un break ambient en milieu de concert, et des bleep mélodiques dans la dernière partie.
Une musique pas facile d’accès qui se trouvait là fort abordable avec ce live visuellement intéressant, court et suffisamment varié.

Après une petite pause on passe à Snawklor, également composé de deux musiciens, chacun derrière leur laptop. Là encore un set construit en trois phases : dans un premier temps un long passage composé de notes métalliques, d’un mélange de tintements de cloches de toute sorte de tonalités. Ambiance nocturne ensuite avec un morceau ambient composé de sons rappelant une pluie fine, le crépitement d’un feu, ou le chant d’insectes. Ces deux séquences se rencontraient ensuite dans un final riche et coloré où chaque élément semblait trouver naturellement sa place.

On terminera avec Delire, que nous avions déjà rencontré sur la compilation Strewth ! du label invité ce soir. Il débute comme on le connaissais avec une intro tenant plus de la musique concrète, construisant une ambiance a partir de bruits de pas, mais s’oriente très vite vers une musique bruitiste, riche et varié que l’on appréciera sur une courte durée.
En effet, après 13 minutes le concert prenait fin.

Un cadre sympathique, une ambiance détendue, une organisation carrée et des concerts intéressants ont contribué a faire de cette clôture de festival une excellente soirée.

Fabrice ALLARD
le 27/04/2003

À lire également

08/12/2012
Festival Nemo - Robin
(Le 104)
Snawklor
It Would Have Lived Here
(Synaesthesia)
Oren Ambarchi
Intermission 2000-2008
(Touch)
Délire
Diaspora
(Synaesthesia)