Plaid - Chris Clark

 date du concert

17/09/2003

 salle

Centre Pompidou,
Paris

 tags

Centre Pompidou / Clark (Chris Clark) / Plaid

 liens

Plaid
Clark (Chris Clark)
Centre Pompidou

 dans la même rubrique
06/05/2019
Yndi Halda / Staghorn
(Supersonic)
25/04/2019
Lali Puna / Surma
(Petit Bain)
31/03/2019
Piano Day 2019 : Émilie Levienaise-Farrouch
(Lafayette Anticipations)

Quelques semaines avant la sortie de leur nouvel album, Plaid se présente au Centre Pompidou pour nouveau concert apparemment très attendu vu l’affluence et la vitesse à laquelle les places ont été vendues. Notre surprise fut à son comble lorsque l’on vit des gens à l’entrée du centre avec un petit papier annonçant "Recherche 2 places pour Plaid". Quel engouement pour un groupe qui jouait au Batofar la dernière fois, même si celui-ci était bien rempli.

Le programme annonçait "Plaid + guests". Surprise encore en constatant que l’invité en question est Chris Clark, autre artiste signé chez Warp, qui vient de sortir son deuxième album, Empty the Bones of You. Celui-ci arrive sur scène alors que toutes les lumières sont encore allumées, commence à triturer ces machines, et on se demande ce qui se passe. Il a l’air de faire des tests de son, et puis le concert semble commencer alors que tout le monde discute, et que le public continue à arriver et s’installer. Chris Clark joue alors quelques anciens morceaux, et des tubes mélodiques comme Indigo Optimus qui ouvre son nouvel album.
Petit à petit les lumières s’éteignent, mais les morceaux s’enchaînent comme si de rien n’était, ne laissant aucun silence pour applaudir. Le public se manifestera seulement à une ou deux reprises en sifflant lors de l’intro d’un titre plus "connu", signe de reconnaissance d’un tube potentiel. Malheureusement la suite du concert s’effrite. Chris Clark passe d’une machine à l’autre et donne l’impression qu’il a un problème technique. Les morceaux se font alors très courts, il passe toutes les deux minutes d’un style à un autre, finissant par donner l’impression d’entendre un medley forcément peu convaincant. Quelques passages retiendront toutefois notre attention, comme un titre house gentiment dérangé alors que l’on commence à rentrer dedans, ou un autre plus ludique, cassant un peu l’image qu’il avait de faire ou de se contenter de faire une electronica "à la Warp", comme un bon élève qui suit ses maîtres.

On enchaîne avec Plaid, soit Ed Hanley et Andrew Turner derrière leurs machines (laptops, console de mixage), et entre les deux musiciens, un bras articulé, manipulé par un troisième artiste responsable des projections. Pas de grosses surprise quant à la musique de Plaid. C’est toujours aussi joli, avec un classique équilibre entre les parties mélodiques et rythmiques. L’ambiance général était quelque peu irréelle. Les sonorités légères, les mélodie en apesanteurs, les sonorités cristallines, tout tendait à donner une atmosphère céleste et onirique à ce concert.
L’ensemble de celui-ci nous paraîtra d’ailleurs particulièrement calme mais peut-être est-ce du au fait que l’on était plus concentré sur les vidéos qui prenait parfois le dessus. Par exemple un long titre très calme nous paraîtra particulièrement répétitif, mais la vidéo qui l’accompagnait, abstraite, était en mouvement perpétuel, donnant l’impression que la musique accompagnait l’image plutôt que l’inverse. Le vidéaste apportait également ici ce qui manque généralement aux concerts de musiques électroniques : la relation entre ce que voit le public et la musique est quasi inexistante avec les laptops et les machines, tandis que l’on pouvait apprécier la relation entre le bras articulé muni de mini caméras avec les images captées par ces caméras, et projetées en direct en fond de scène.
Globalement un très bon concert, qui décollera réellement sur les deux derniers titres avec renfort de stroboscopes pour les visuels, mais sans grande surprise par rapport à leur dernier passage au Batofar qui reste notre meilleur souvenir de concert de Plaid.

Fabrice ALLARD
le 05/10/2003

À lire également

28/10/2011
Bozar Electronic Weekend
(Bozar)
26/05/2002
Fennesz - Phoenecia (...)
(Mains d’Oeuvres)
16/09/2000
Warp’ology : Mira Calix +
(Trabendo)
09/05/2009
Warp 20 : Aphex Twin (...)
(Cité de la Musique)