Apparat Organ Quartet - Kira Kira

 date du concert

03/10/2003

 salle

Centre Pompidou,
Paris

 tags

Apparat Organ Quartet / Centre Pompidou / Jóhann Jóhannsson / Kira Kira

 liens

Kira Kira
Jóhann Jóhannsson
Centre Pompidou

 dans la même rubrique
14/11/2017
Thomas Tilly / BJ Nilsen
(Instants Chavirés)
13/11/2017
Christian Wallumrød Ensemble
(Dynamo)
09/11/2017
Matt Elliott
(Médiathèque Musicale de Paris)

En prélude à la saison islandaise, à l’automne prochain à Pompidou et ailleurs, se déroulait ce soir les concerts de deux des fondateurs du label Kitchen Motors, soit Kristin Bjork Kristjansdottir avec son projet solo Kira Kira, et Jóhann Jóhannsson avec son groupe Apparat Organ Quartet.

Kira Kira débute la soirée, et c’est une drôle de surprise avec une sorte de concert-performance hors du commun. Une musique originale d’abord avec des petits sons électroniques lancés ci et là, vêtue comme un ange avec des loupiotes sur le buste, elle a l’air toute fragile quand elle se déplace tout doucement. L’ensemble dégage une ambiance vraiment poétique, dans l’obscurité avec juste un spot qui se ballade sur elle, un chapeau de cow-boy qui virevolte dans les airs et un autre qui se ballade sur le sol en créant des éclairs bleutés. Pour le dernier morceau, elle prend une guitare et se lance, toujours seule, dans une petite chanson pop-folk. Kira Kira vient d’une autre planète.

C’est alors au tour d’Apparat Organ Quartet, après avoir installé tout le matériel nécessaire avec une montagne de vieux claviers et une batterie alors que l’on s’attendait seulement, comme le nom du groupe le laissait supposer, à un quatuor d’organistes. La différence se fait tout de suite entendre avec sur le premier titre et des sonorités qui nous rappellent étrangement Kraftwerk. Les quatre musiciens, même s’ils ne font pas tous face au public avec une attitude robotique, accentuent tout de même cette impression lorsque Jóhann Jóhannsson lance des "Apparat" passés au vocoder.
Mais la batterie qui diffuse une énergie brute nous ramène à un univers un peu plus rock que les allemands, tout en ayant la même efficacité pop. Des mélodies accrocheuses, des arpèges parfois un peu faciles, et même quelques titres plutôt ludiques, le tout avec un son qui s’affirme, devient plus personnel au fil du concert.
En fond de scène, des projections de petits films d’animation (dessins animés, pâte à modeler, playmobils, etc...) avec parfois des paysages islandais agrémentent habilement le concert.
Ils reviendront pour un titre, devant une salle bien remplie et apparemment conquise.

Fabrice ALLARD
le 19/10/2003

À lire également

30/09/2017
Bozar Electronic Arts
(Bozar)
30/09/2004
Johann Johannsson / (...)
(Centre Pompidou)
28/03/2010
Brussels Electronic (...)
(Bozar)
Kira Kira
Feathermagnetik
(Sound of a Handshake)