Pauline Curnier Jardin : Viola Melon Baiser Melocoton

 date

du 30/01/2014 au 22/03/2014

 salle

Galerie Édouard-Manet,
Gennevilliers

 appréciation
 tags

Galerie Édouard-Manet / Pauline Curnier Jardin

 dans la même rubrique
du 02/06/2018 au 23/09/2018
Krijn de Koning : Des volumes et des vides
(LiFE)
du 30/06/2018 au 30/09/2018
Céleste Boursier-Mougenot : Fluides
(HAB Galerie)
du 05/06/2018 au 23/09/2018
Gordon Matta-Clark : Anarchitecte
(Jeu de Paume)
du 02/06/2018 au 23/09/2018
Francisco Tropa : La Moustache cachée dans la Barbe
(Grand Café)
JPEG - 28.6 ko
Viola Melon, Baiser Melocoton
(courtesy de l’artiste)

Avec son titre assez étrange et sa large installation occupant tout l’espace de la salle principale de la Galerie Édouard-Manet, l’exposition de Pauline Curnier Jardin avait de quoi intriguer ; d’autant plus que le programme de salle nous annonce une proposition mise sous le patronage de Demeter, déesse romaine des moissons et de la fécondité. Un aspect mythologique décalé est ainsi de mise puisqu’une vidéo s’intéresse à deux jeunes filles gambadant dans un champ tandis que la voix off de Demeter se fait entendre et qu’elle nous narre la progressive ingurgitation des jeunes filles par cette dernière. En vérité, le spectateur est à la fois la déesse, la vidéo étant projetée à travers les yeux de celle-ci, et à la fois les deux héroïnes du film, la scénographie de l’installation nous plaçant dans le ventre de la divinité, avec ses drapés noirs enveloppants.

JPEG - 20.6 ko
Vue de l’exposition

Alors que les intervenantes digressent sur les habitudes des jeunes de nos jours (soirées, alcool), la terre, par l’entremise de Demeter, entreprend donc de se venger comme si les jeunes femmes avaient abusé de ses bienfaits (melons du champ piétinés, boissons alcoolisées trop consommées…). Afin de continuer dans la veine loufoque de cette fable, elles finiront englouties par la déesse, et le foie transformé en meringue. Pour le reste, l’exposition dévoile peintures et sculpture, peut-être un peu trop chargées dans leur réalisation (le kitsch n’est jamais loin), à la manière des meringues, toujours à la limite d’être trop fournies en sucre.

François Bousquet
le 27/03/2014

À lire également

du 23/09/2010 au 06/11/2010
Hippolyte Hentgen : (...)
(Galerie Édouard-Manet)
du 12/01/2017 au 25/03/2017
Anne-Charlotte Finel (...)
(Galerie Édouard-Manet)
du 14/02/2013 au 13/04/2013
Antoine Dorotte : Forte
(Galerie Édouard-Manet)
du 24/09/2009 au 07/11/2009
Raphaël Zarka : Double
(Galerie Édouard-Manet)