Soirée Effervescence : Stuntman 5 - Motenai - The Patriotic Sunday

 date du concert

25/02/2004

 salle

Guinguette Pirate,
Paris

 tags

Guinguette Pirate / Motenai / Stuntman5 / The Patriotic Sunday

 liens

Stuntman5
Motenai
Guinguette Pirate

 dans la même rubrique
30/08/2019
Amosphère
(Le Bal)
22/08/2019
Madame Rêve / aAirial
(Concert en appartement)

Après avoir découvert ce label sur disque puis au hasard de quelques mini-concerts, voici une première soirée véritablement dédiée à celui-ci et faisant suite à la compilation Effervescence Manifeste sortie il y a quelques mois. C’était l’occasion de découvrir Motenai en live alors qu’il nous avait fait une très bonne impression sur disque, The Patriotic Sunday auteur d’un album à venir dans un registre plutôt folk, puis Stuntman5 que l’on connaît déjà bien et dont on n’attendait à vrai dire rien de spécial.

La première surprise c’est la formation que prend Motenai sur scène puisque ce projet solo se voit transformé en un quatuor auquel s’ajoute un cinquième membre aux projections. Ensuite le concert est musicalement assez différent de l’album, beaucoup plus pop avec un premier titre dont la mélodie de guitare est très en avant, et on aura régulièrement affaire à des morceaux chantés alors que l’album est beaucoup plus orienté electronica, donc instrumental.
Pas grand chose à voir sur scène : 2 laptops, 2 guitares mais la musique est très calme et les guitaristes restent assis, tandis que le quatrième membre accroupi par terre joue d’un petit glockenspiel, diffuse quelques extraits de disques sur une platine vinyle, ou utilise divers jouets sonores. C’est celui qui est aux projections qui se démène le plus, préparant ses films pour le prochain morceau.
L’ensemble est bien joli, tout doux, et effectivement plus proche d’un Lali Puna au masculin que ne le laissait transparaître l’album, et on regrettera que la finesse des compositions de My Wedding Alone soit ici un peu entamée. On retiendra quand même le très beau passage sur scène de quelques titres comme le superbe Bernard and Julie qui réussi parfaitement le mariage des guitares avec l’électronique.

Le temps de faire un peu de place sur le petit espace scénique de la Guinguette Pirate, et voici The Patriotic Sunday qui s’installe, affrontant seul le public muni de sa guitare. Au fond de la scène, il est discrètement épaulé par une personne responsable des projections de diapos. On a un peu de mal à rentrer dans ce concert : arrangements cassants, chant alambiqué, et une même chanson nous évoque à la fois du vieux folk américain, des chants de comédies musicales ou de cabaret. On se sent transporté de l’autre côté de l’Atlantique alors que les diapos projetées semblent représenter des rues désertes d’une petite ville française.
Et puis on retrouve quelques chansons fabuleuses comme le Violeta qui figure sur la compilation Effervescence Manifeste, un titre sur lequel la moitié de This Melodramatic Sauna apporte un superbe accompagnement de saxophone, et parfois des arrangements fabuleux. Un concert qui n’a fait que confirmer tout le bien que laissait supposer ce premier titre sur la compilation précédemment citée.

Comme on le disait en introduction, on n’attendait pas grand chose du concert de Stuntman5. Pas qu’on n’apprécie pas son travail, mais tout simplement parce qu’on l’a régulièrement vu en concert, que l’on commence à bien connaître son style et qu’on ne s’attendait pas vraiment à un changement de direction.
Pourtant ce soir Christian Bagnalasta, également membre de Cinélux, proposait bel et bien autre chose. On retrouvait ses boucles mélodiques continues, ses rythmiques drum’n bass teintées de hip-hop, mais dès le premier morceau une grosse guitare répétitive apporte quelque chose de nouveau. Répétitive, au son brut mais trafiqué par des effets, elle nous rappelle un peu le genre de mélange qu’avait déjà testé Electronicat. Après quelques titres dans le style qu’on lui connaissait déjà, il revient avec ces mêmes guitares et y ajoute un chant nonchalant, avec des intonations nous rappelant des artistes new wave. Avec ce son puissant, ce public de teufeurs en parkas kaki, on aura l’impression d’assister à quelque chose d’énorme, comme s’il s’agissait de l’un des premiers concerts d’Underworld ou des Chemical Brothers à la Guinguette Pirate.

Fabrice ALLARD
le 06/03/2004

À lire également

V/A
Musikexperience Compilation
(Musikexperience Recordings)
06/03/2014
Unison
(Petit Bain)
28/09/2001
Four Tet - Cinelux - (...)
(Mains d’Oeuvres)
15/08/2003
Route du Rock 2003 : (...)
(Fort de St Père)