Vincent Ganivet / Diogo Pimentão : Serial

 date

du 10/04/2014 au 07/06/2014

 salle

Galerie Édouard-Manet,
Gennevilliers

 appréciation
 tags

Diogo Pimentão / Galerie Édouard-Manet / Vincent Ganivet

 dans la même rubrique
du 15/01/2019 au 23/02/2019
Poésie Prolétaire
(Fondation d’entreprise Ricard)
du 17/10/2018 au 06/01/2019
Tomás Saraceno : On Air
(Palais de Tokyo)
du 10/10/2018 au 31/12/2018
Prix Marcel Duchamp 2018
(Centre Pompidou)
du 12/09/2018 au 10/12/2018
Franz West
(Centre Pompidou)

Pour clôturer sa saison, la Galerie Édouard-Manet nous propose deux mini expositions personnelles consacrées à des créateurs qu’on suit depuis quelques années et pour qui on a eu une attirance immédiate : Vincent Ganivet et Diogo Pimentão. Du premier, on connaît ses arcs en parpaings et briques, véritables prouesses, entre l’art plastique et l’architecture, tandis que le second s’évertue à partir des techniques du dessin pour en faire des performances (ou inversement).

JPEG - 37.4 ko
Vue de l’exposition

La double présentation montrée à Gennevilliers poursuit dans ces directions puisque Vincent Ganivet livre une sculpture de briques, uniquement tenue par des petits coins de bois, jouant sur l’équilibre et le procédé de la clé de voûte afin de maintenir l’ensemble. Légère et massive en même temps, son intervention, jouant également sur une possible instabilité, est complétée par une suspension de multiples chaînes de billes, moins sophistiquée mais inversant habilement la proposition.

JPEG - 20.3 ko
Diogo Pimentão - Drawing (horizontal)
(courtesy Collection António Cachola)

Pour Diogo Pimentão, il s’agit, en premier lieu, d’aligner des allumettes brulées (horizontalement, verticalement et en diagonale) de telle sorte que, vus de loin, ces alignements arrangements paraissent être des points tracés à même la cimaise. Outre ce jeu sur la perspective, le Portugais peut aussi remplir de grandes feuilles de papier de graphite ou bien réaliser des petites sculptures dans cette même matière, association de deux quarts de sphère figurant une béance indéterminée (bouche qui s’ouvre, cratère accroché au mur…).

François Bousquet
le 02/06/2014

À lire également

du 18/09/2013 au 31/10/2013
.doc
(Galerie Édouard-Manet)
du 12/01/2017 au 25/03/2017
Anne-Charlotte Finel (...)
(Galerie Édouard-Manet)
du 02/10/2008 au 08/11/2008
Bruno Peinado : Suicidal
(Galerie Édouard-Manet)
du 24/03/2015 au 09/05/2015
Le lynx ne connaît pas de
(Fondation d’entreprise)