Festival "10 Days Off" : Styrofoam - 2nd Gen

 date du concert

17/07/2001

 salle

Vooruit,
Gand

 tags

2nd Gen / Styrofoam / Vooruit

 liens

Styrofoam

 dans la même rubrique

Je ne compte pas ennuyer les lecteurs de ce site avec des considérations dont ils n’ont que faire, mais sachez en deux mots que Ten Days Off est un festival électronique pointu, principalement techno mais pointu quand même, qui se tient pendant 10 jours (logique) à Gand en juillet.
Ils ont plusieurs fois changé de salle à cause de leur succès croissant, pour trouver l’an dernier un chouette espace, grand et aéré, un peu en-dehors de la ville, qui convenait parfaitement. L’édition de l’an dernier s’est révélée enthousiasmante, notamment grâce au label Kompakt et à Laurent Garnier.

Et cette année, on ne sait quelle mouche les a piqués, les organisateurs se sont rabattus sur le Vooruit (prononcez Voreuiltt SVP !), salle rock très connue de Gand, où ont notamment lieu pas mal de concerts électro-indus de l’asbl The Invitation.
Mais cet endroit convient très peu à un rassemblement techno : divers défauts que je ne vais pas prendre la peine de détailler ont fait que cette édition s’annonce décevante et qu’elle se passera de moi, pourtant assidu depuis 6 ans. Mais bon, j’y suis quand même allé une fois. Je voulais voir enfin Jeff Mills (pas trop mon truc, mais bon c’est quand même un virtuose) ; pas de bol, annulé (comme Garnier et Squarepusher, dont c’est la 3e annulation ici, ce garçon est en train de perdre toute crédibilité face au public belge).
Ken Ishii était aussi au rendez-vous : vu l’affluence, il était carrément impossible d’accéder à la salle où il jouait (quand je vous parlais de défauts !). Quant à CJ Bolland et Si Begg, ils jouaient trop tard pour mon état de fatigue.

Bref, je me suis limité aux deux concerts prévus. Et le premier était tellement bon qu’il a presque effacé la déception du reste : raison pour laquelle je vous en parle. Styrofoam, c’est Arne Van Peteghem, un anversois signé ici sur le label Morr Music, mais qui oeuvre aussi chez Noise Museum avec le projet Tin Foil Star.
Et c’est en tous points excellents, des mélodies imparables, des progressions soutenues, des rythmes évolutifs... Une musique très Rephlex-ive, originale, vivante, très dansante et remarquablement bien écrite. "Moody electronics" à la manière aussi du label Suction, dont on vous parlera bientôt.
L’homme est très inspiré et ne sacrifie en rien la mélodie à la recherche de la structure.
Vivifiant, rassurant, indispensable.

Vint ensuite un autre aspect de l’électro actuelle, moins intimiste, nettement plus violent, bruitiste et torturé, avec 2nd Gen signé sur Novamute. Crossover de genres : influences rock expérimental à la Sonic Youth, d’électro abrupte à la Scorn et consorts, sans oublier l’apport de l’indus sans concessions.
Le tout donne une musique nettement plus difficile d’accès, hypnotisante, qui ne déparerait pas sur un label comme Ant-Zent ou Flatline. On sort de là éprouvé, peu enclins à se laisser emporter par l’électro-funk d’un Si Begg, mais ce genre d’expérience musicalement exigeante, couplée à la grâce mélancolique et diversifiée délivrée par Styrofoam, est on ne peut plus bénéfique.

Voilà donc deux lives qui ont un peu racheté les défauts de l’organisation du festival cette année...

Gilles Genicot
le 19/07/2001

À lire également

Styrofoam
We Can Never Go Home
(Sound in Silence)
Múm
Please smile my noise bleed
(Morr Music)
Styrofoam
Nothing’s Lost
(Morr Music)
Styrofoam
Ep2
(Rocket Racer)