Route du Rock 2004 : Coco Rosie / Velma

 date du concert

13/08/2004

 salle

Palais du Grand Large,
Saint-Malo

 tags

CocoRosie / Festival Route du Rock 2004 / Palais du Grand Large / Velma

 liens

Velma
CocoRosie
Festival Route du Rock 2004
Palais du Grand Large

Bien que n’étant pas très rock, EtherREAL était une nouvelle fois présent à la Route du Rock, autant pour le cadre de Saint Malo et l’ambiance bon enfant du festival que pour sa programmation qui essaye toujours de faire autre chose que des têtes d’affiche, et surtout qui s’intéresse ouvertement à d’autres styles avec depuis l’an dernier, des concerts plus pointus au Palais du Grand Large. Une belle salle circulaire avec baie vitrée donnant sur la mer, et une programmation qui justifiait notre présence ici.
En ce vendredi nous avions l’occasion de découvrir Coco Rosie que l’on avait raté lors de leur concert parisien, et de revoir Velma dont on a déjà parlé plusieurs fois sur ces pages.

 Coco Rosie, c’est apparemment deux soeurs, mais il y a de quoi douter quand on les voit chanter ensemble. Mais leurs univers respectifs, complètement opposés, se complètent parfaitement, l’une ayant un chant se rapprochant parfois de l’opéra, tandis que l’autre dégage une chaleur plus proche du jazz ou parfois du gospel. On va alors de surprise en surprise, chaque chanson révélant un nouveau talent, une note d’humour, un ton décalé. Elles commencent par un superbe chant de choeurs plaintifs, accompagnées d’un son de mélodica et d’un rythmique rappelant un métronome. Elles s’assoient ensuite, l’une à la guitare se met à siffler, l’autre utilisant un jouet sonore produisant quelques bruits grésillants, accompagnant sa voix assez particulière, profonde et légèrement nasillarde. Ensemble, elles dégagent une force, créent une atmosphère étrange, à la croisée du folk et des chansons pour enfants, empreinte à la fois d’une nostalgie cruelle et d’une certaine légèreté, toujours sur le fil, à deux doigts d’attrister mais faisant régulièrement sourire.
Si la formule guitare/jouet reste dominante, on remarquera le très joli Beautiful Boys avec piano et rythmique électronique, puis un autre morceau qui reprend cette structure, mais au lieu de jouer du clavier en direct, les deux sœurs utilisent deux walkmans qu’elles approchent à tour de rôle des micros pour mettre en avant tel ou tel son. Pour finir elles convieront un certain Jackie à leurs côtés, qui était en fait Devendra Banhart, pour une superbe ballade de troubadour, avec mélodie de harpe et tintements de clochettes.
Premier concert du festival, et pas des moindres, avec cette excellente et prometteuse découverte.

C’est ensuite au tour de Velma, sorte de Deschiens suisses, de prendre place, tous alignés sur le devant de la scène, avec de gauche à droite batteur, chanteur et guitariste. Derrière eux, un quatrième membre se charge des visuels avec de nombreux projecteurs super 8, et des films qu’il modifie en direct (dessin au feutre sur le film), ajoutant au côté performance du concert. Pour commencer, le guitariste seul interroge le public par un "Are you ready ?" qu’il répète à l’infini, le mettant en musique avec son instrument, jusqu’à ce que les autres membres du groupe le rejoignent. Une fois tout le monde prêt, il nous font comprendre qu’ils ne joueront pas tant que l’on reste assit. Docile, tout le public se lève, et le groupe commence par un court mais intense morceau de rock bourrin, hardcore, assez étonnant alors qu’on ne les avait jamais vu dans ce registre. Le reste sera assez fidèle à leurs précédentes prestations, montrant à la fois qu’il ont un peu de mal à se renouveler, mais qu’ils restent fidèles à une image, un style bien personnel et particulier qu’ils ont façonné et avec lequel ils jouent. Ainsi on retrouvera le long silence entre deux titres, le public se demandant ce qu’il se passe, mais étant aussi beaucoup plus réactif que les parisiens blasés. Ainsi très vite quelques uns lanceront quelques vannes bien senties, mais le quatuor restera de marbre. Plus tard le chanteur remerciera la public d’être venu si nombreux, déclinant ces remerciement à n’en plus finir, et servant d’intro à un autre morceaux. Pas vraiment de changement dans leur musique, entre post-rock et pop avec un chant généralement sec, haché, à l’image d’une rythmique très carrée. Assez souvent ces morceaux évolueront au fil d’une lente montée qui se révélera particulièrement efficace sur le dernier morceau, jusqu’à un final rock-hardcore à l’égal de leur premier titre, histoire de faire une boucle. Si l’on avait été déçu au Batofar de les voir faire le même concert que celui qu’ils produisaient deux ans plus tôt, on remarquera encore une fois que la formule n’a guère changé tout en reconnaissant qu’ils étaient ici en grande forme, et qu’il s’agit sûrement du meilleur concert que l’on ait pu voir de Velma.

Le festival avait à peine commencé que nous étions déjà conquis par cet apéritif de haute volée. Direction le Fort de Saint Père pour la suite des festivités.

Fabrice ALLARD
le 16/08/2004

À lire également

11/04/2009
Sierra Casady et Gaël (...)
(Centre Pompidou)
Velma
La Pointe Farinet, 2949m
(Monopsone)
du 13/08/2004 au 15/08/2004
Route du Rock 2004
(Fort de St Père)
Supercilious
Viva et Protocole, My Friends !
(Monopsone)