Anne-Charlotte Finel : Éclaireur

 date

du 12/01/2017 au 25/03/2017

 salle

Galerie Édouard Manet,
Gennevilliers

 appréciation
 tags

Anne-Charlotte Finel / Galerie Édouard Manet

 dans la même rubrique
du 06/09/2017 au 09/12/2017
Perpetual Construction
(CAB)
du 04/09/2017 au 10/11/2017
Les Bons Sentiments
(Fondation d’entreprise Ricard)
du 19/06/2017 au 05/11/2017
Des Mondes Aquatiques #2
(FRAC Aquitaine)
du 01/07/2017 au 01/10/2017
Daniel Dewar & Grégory Gicquel : Le Nu et la Roche
(HAB Galerie)

Pour être honnêtes, nous n’avions pas souvenir des vidéos d’Anne-Charlotte Finel, pourtant présente au Salon de Montrouge 2016 et que nous avions certainement visualisées alors. En raison d’un nouveau partenariat entre cette institution et la Galerie Édouard-Manet de Gennevilliers, cette dernière accueille la jeune femme en sa qualité de lauréate du Prix du Conseil Départemental des Hauts-de-Seine lors de ce Salon 2016. Cette exposition personnelle est donc l’occasion de s’arrêter plus longuement sur le travail de cette vidéaste, plus facile à appréhender dans des espaces qui lui sont intégralement dévolus que sur un grand plateau aux côtés de dizaines d’autres artistes.

JPEG - 109 ko
photogramme extrait de La Crue
(courtesy Galerie Jousse Entreprise)

Au reste, cette facilité d’appréhension est renforcée par la volonté d’Anne-Charlotte Finel d’immerger le visiteur dans ses propositions filmiques (grands écrans, bande-son enveloppante, absence de lumière autre que ceux émanant des vidéos-projecteurs) et la cohérence de son travail est corroborée par un rapport fond-forme particulièrement soigné et pertinent. C’est ainsi que le gros grain des images se trouve relayé par la saturation et l’aspect grésillant de la bande-sonore (œuvre de Luc Kheradmand) ou bien que le contraste des images saisies à l’aube ou au crépuscule permet de les tirer vers le noir-et-blanc, conduisant les vidéos à s’approcher de la gravure ou de l’eau-forte.

Quasi-figés dans leur mouvement, les courts films d’Anne-Charlotte Finel se concentrent souvent sur des masses (nuages, neige, eau qui coule), prises en plan plutôt serré, illustrées par des pistes musicales qui, du fait de la proximité dans l’espace des vidéos, s’agrègent. À nouveau, fond et forme se répondent, comme lorsque la basse définition des images leur donne un aspect un peu irréel, comme si on émergeait à peine d’un mauvais rêve. Ce procédé s’avère toutefois moins probant lorsque, plutôt qu’un ensemble assez indistinct, de véritables sujets ou lieux sont filmés (Ronde de Nuit, ses bâtiments et lieux périurbains captés dans une forme proche de la vidéosurveillance). L’immersion se fait aussi moins forte quand la Française opte, plutôt que pour le 16/9, pour un filmage à la longue-vue (Planétarium). Cependant, la consistance de l’ensemble demeure, marqué par cette plongée dans des lumières bleutées, des granulats visuels et des nappes ondoyantes.

François Bousquet
le 03/02/2017

À lire également

du 18/09/2013 au 31/10/2013
.doc
(Galerie Édouard Manet)
du 15/05/2008 au 14/06/2008
Gyan Panchal
(Galerie Édouard Manet)
du 15/09/2011 au 22/10/2011
Philippe Daney & (...)
(Galerie Édouard Manet)
du 10/04/2014 au 07/06/2014
Vincent Ganivet / Diogo
(Galerie Édouard Manet)