Festival Premiers Plans d’Angers 2017 - Reprise du Palmarès

 date

du 20/01/2017 au 29/01/2017

 salle

Forum des Images,
Paris

 tags

Forum des Images

 liens

Forum des Images

 dans la même rubrique
du 26/11/2016 au 04/12/2016
Entrevues - Festival International du Film de Belfort 2016 - (...)
(Cinémathèque Française)
du 26/05/2016 au 05/06/2016
Quinzaine des Réalisateurs 2016 - Reprise de la sélection
(Forum des Images)
du 22/01/2016 au 31/01/2016
Festival Premiers Plans d’Angers 2016 - Reprise du Palmarès
(Forum des Images)
du 28/11/2015 au 06/12/2015
EntreVues - Festival International du Film de Belfort 2015 - (...)
(Cinémathèque Française)

Bien que les dirigeants du festival Premiers Plans et du Forum des Images soulignèrent, en introduction de cette reprise parisienne du palmarès, que la manifestation angevine s’était, cette année, signalée par une belle diversité des films présentés, on ressentit l’impression inverse. En effet, comme souvent, deux films animés sur trois nous semblèrent bien faibles tandis qu’à l’instar de l’an passé, les films non animés se centrèrent sur des jeunes gens et adolescents, et notamment sur leurs tourments amoureux ou existentiels. Que cela n’apparaisse pourtant pas comme une critique de notre part, attachés que nous sommes à ce genre de récit. Voyons-y, plutôt, une forme d’évidence : le festival présentant des premiers films, il s’agit très majoritairement de jeunes réalisateurs qui se penchent alors sur des thématiques qui leur sont voisines, au moins en termes générationnels.

Pour les Films d’écoles européens, I Made You, I Kill You du Roumain Alexandru Petru Bădeliţă fut projeté, en tant que Prix Arte. Suite de collages et montages un peu hachés, tant analogiques que numériques, le court-métrage veut retracer l’enfance difficile du réalisateur, battu par son père et contraint d’assister à toute une série de funérailles dans son village. Rapidement, néanmoins, tous les procédés visuels utilisés (photos progressivement détourés, insertions de vidéos en arrière-plan, rendu proche de la pellicule Super 8 qui brûle) se révélèrent être usants et répétitifs.

Dans la catégorie Plans animés, Balkon (Grand Prix du jury) se fit plus apaisé sur le plan plastique, avec son trait proche de la ligne claire ou du dessin vectoriel, mais la narration s’avéra bien pauvre. Le Hongrois David Dell’Edera se concentrait ainsi sur un grand immeuble de centre-ville, dont les habitants se trouvent écrasés par la chaleur avant d’être réunis par un geste exutoire. Prix format court, La Table marqua, en revanche, par son burlesque : dans un esprit proche de celui des Shadoks, le Français Eugène Boitsov nous montra un menuisier tatillon, affublé d’une caisse à outils gigantesque, aux prises avec une table changeant de forme.

Deux courts-métrages français furent ensuite diffusés, issus de la section du même nom et œuvres de deux jeunes femmes passées par la Fémis et par le Festival de Brive (pour leur précédente réalisation ou le scénario de celle-ci). Sarah Santamaria-Mertens nous installe un été dans le Limousin, au contact de Louise, jeune fille aveugle et coincée entre sa mère qui la surprotège et sa sœur qui batifole avec un garçon. Au hasard d’une promenade en forêt, elle atterrit dans un camping naturiste auprès de jeunes de son âge qui l’accueillent sans peine. Blind Sex se veut alors un récit d’apprentissage un peu différent, car multiple, puisque Louise (interprétée par Camille Godeau, primée à Angers pour ce rôle) va, en même temps, découvrir son corps, les autres, les relations sociales et amoureuses. Des noirs réguliers, le son restant présent, nous laissent imaginer ce que peuvent être ses sensations tandis que la fraîcheur de l’ensemble touche, comme les petites pointes d’humour et la liberté de ton de la bande de jeunes.

C’est aussi l’été dans L’Âge des Sirènes : à Noirmoutier, au sortir de sa classe de 3e, Mattis fait la saison avec un marin-pêcheur et traîne encore un peu avec ses copains du collège. Les « sirènes » du film d’Héloïse Pelloquet sont à la fois la vie adulte qui l’appelle (perspectives professionnelles, sensation de franchir un cap) et Élodie, jeune femme travaillant au port, qui l’attire. Dans un univers peu souvent croisé au cinéma, passage et apprentissage se mêlent intelligemment dans ce film qui reçut le Prix du public de sa catégorie.

Primé dans presque tous les festivals où il a été programmé (Chicago, Venise, Thessalonique, Marrakech, Séville, etc…), Heartstone (Hjartasteinn) arrivait à Angers précédé de cette flatteuse réputation. Sans surprise, il y rafla à la fois le Grand Prix du Jury, le Prix du Public et le Prix Saftas / Erasmus, récompenses assez logiques quand on considère le long-métrage, nouvelle capture d’un été entre adolescents, vivant dans un village de pêcheurs isolé en Islande et se découvrant progressivement. Guðmundur Arnar Guðmundsson a beau situer son film dans cet environnement très marquant, Heartstone se fait assez attendu, tant dans son déroulement et sa résolution que dans ses scènes obligées : moments dans les chambres où on écoute le Birthday des Sugarcubes ou To Be Free d’Emiliana Torrini (musiciens évidemment islandais), parties nocturnes d’ « Action ou Vérité ? », virée en cachette pour aller faire du camping sauvage, petites transgressions, soirée sans parents dans la maison, etc…

Dans une réalisation où l’âge des deux comédiens principaux se trouve un peu décalé, compliquant la crédibilité de leur relation, on apprécia donc véritablement le rapport à l’environnement introduit par Guðmundur Arnar Guðmundsson. Qu’il s’agisse ainsi de la nature (eau des lacs ou des rivières, montagnes, étendues vertes, couche de neige) ou des animaux (chevaux, poissons, moutons), tout interagit avec les personnages et vient influer sur leur perception, presqu’autant que leurs hésitations amoureuses.

François Bousquet
le 16/02/2017

À lire également

du 20/01/2012 au 29/01/2012
Festival Premiers Plans
(Forum des Images)
du 17/01/2003 au 26/01/2003
Festival Némo 2003 - (...)
(Forum des Images)
04/04/2009
Festival Nemo 2009 : (...)
(Forum des Images)
du 17/01/2003 au 26/01/2003
Festival Némo 2003 - (...)
(Forum des Images)