Akira Kosemura

Our Own Picture (EP)

(Schole / Internet)

 date de sortie

27/01/2017

 genre

Classique

 style

Néo-Classique

 appréciation

 tags

Akira Kosemura / Néo-Classique / Schole

 liens

Akira Kosemura
Schole

 autres disques récents
Dmitry Evgrafov
Comprehension Of Light
(130701)
Nicola Ratti
The Collection
(Room40)
Target Archery
Clock of the Long Now
(Autoproduit)
David Cordero & .tape.
Seep
(Nature Bliss)

Depuis 2006 et 2008, où ses premières sorties avaient été chroniquées sur ces pages, Akira Kosemura n’avait plus croisé notre route, même si nous suivons ce que publie son label Schole (sans pour autant relayer ici ses références, reprises qu’elles sont fréquemment par des labels européens). À l’occasion de la parution d’un EP en version digitale, il nous est possible de retrouver Kosemura et de constater que, pour ce format-court, le Japonais s’est concentré sur son piano solo, unique instrument des trois pièces offertes à l’auditeur.

Désireux de documenter les récentes émotions vécues avec la naissance de son fils et cette nouvelle vie de famille à trois qui se met en place, Kosemura livre des mélodies assez douces, servies par un jeu aux notes graves peu appuyées et faisant la part belle à des petites variations dans les aigus. Au regard du contexte décrit précédemment, on imagine très bien qu’il pourrait s’agir de délectables pièces destinées à accompagner l’endormissement de sa progéniture et à bercer son sommeil.

Avec trois titres et treize minutes de musique, il est délicat de faire le difficile même s’il faut bien reconnaître une forme de similitude d’un morceau à l’autre, et une absence de variation un rien paresseuse. En fin d’EP toutefois, le Japonais démontre la pertinence de la proposition en asséchant à l’os Joy, titre de 2013 réinterprété dans une version « solo piano » : les mélodies ne sont plus jouées à la guitare, l’ambiance electronica-folk a laissé place à ce néo-classique et les rythmiques ont disparues. Ainsi revisité, le morceau perd en insouciance primesautière ce qu’il gagne en fragile mélancolie.

François Bousquet
le 07/04/2017

À lire également

Akira Kosemura
Tiny Musical
(Schole)
Dakota Suite & Quentin Sirjacq
Wintersong
(Schole)
Akira Kosemura
In The Dark Woods
(Schole)
Akira Kosemura
In A Distant Forest Somewhere EP
(Monotonik)