Le Pas Grand Chose

 auteur

Johann Le Guillerm

 metteur en scène

Johann Le Guillerm

 date

du 21/03/2017 au 01/04/2017

 salle

Théâtre Monfort,
Paris

 appréciation
 tags

Johann Le Guillerm / Théâtre Monfort

 liens

Théâtre Monfort

 dans la même rubrique
du 25/04/2017 au 28/05/2017
Les Peintres au Charbon
(Théâtre 13)
du 21/04/2017 au 26/04/2017
Alors, est-ce que c’est là ?
(Théâtre de Gennevilliers)
du 02/02/2017 au 29/04/2017
Un Air de Famille
(Théâtre de la Porte Saint-Martin)
du 08/03/2017 au 01/04/2017
L’État de Siège
(Espace Pierre Cardin)

Personnalité un peu différente de ce qu’on a appelé le « nouveau cirque », Johann Le Guillerm s’est en effet affranchi de cette école pour se tourner vers des spectacles allant chercher du côté des arts plastiques ou de la performance. Depuis une quinzaine d’années, c’est même dans le champ de la recherche qu’il intervient, au moyen si besoin de sculptures ou autres concrétisations matérielles. Nouvelle déclinaison de ce travail, Le Pas Grand-chose le voit partir de la volonté de se concentrer sur le point, sur le minimal, dans ce qu’il présente comme son « cirque mental ».

Formellement, Le Pas Grand Chose prend des atours de conférence un peu burlesque, exposé mené par le Français en costume-cravate, accompagnée d’une carriole à tiroirs d’où il extrait les différents accessoires venant accompagner ses argumentations. S’enchaînent alors des séquences dans lesquelles, entre mathématique et pataphysique, il joue sur les chiffres et les formes pour tenter de démontrer quelque chose, sans bien savoir quoi lui-même. À cette aune, les vingt premières minutes s’avèrent particulièrement convaincantes, avec digressions sur les amas, les points et la calligraphie des chiffres ; humoristiques et, en même temps, pas si anodins, ces premiers tableaux augurent favorablement du reste du spectacle.

Malheureusement, la grosse heure restante se poursuit dans des développements répétitifs où tout et n’importe quoi se mêlent, Le Guillerm essayant de rattacher tout ce qui lui traverse l’esprit à son point de départ, le dispositif passant alors du systémique au systématique. Précisément, on touche à la limite de ce type d’exercice dans lequel le créateur ne sait pas vraiment ce qu’il cherche, ce qui permet alors de tout justifier puisque tout finit par faire sens et qu’on retombe à chaque fois sur ses pieds. Peu importe même où on arrive parce que si c’est nulle part, on pourra toujours dire qu’on ne cherchait rien (où que, magie de l’absurde, c’était justement là où on voulait arriver), et si c’est quelque part, on sera parvenu à quelque chose.

Au total assez vaine, la démarche lasse, voire agace par son côté « petit malin ». Au surplus, et même s’il réserve quelques passages plutôt jouissifs (tels ceux avec de la nourriture : bananes, clémentines, pâtes) ou quelques instants assez beaux plastiquement (lorsqu’il joue des ombres portées), Johann Le Guillerm ne fait pas grand-chose pour écarter les reproches évoqués précédemment, conservant un ton monocorde et une uniformité d’ensemble.

Autres dates :
- 4, 5, 7 et 8 avril 2017 : Volcan - Le Havre
- 11 et 12 avril 2017 : Treize Arches - Brive
- 3 et 4 mai 2017 : Tandem : Hippodrome de Douai / Théâtre d’Arras

François Bousquet
le 26/03/2017

À lire également

du 03/11/2016 au 10/11/2016
Sideways Rain
(Théâtre Monfort)
du 22/09/2009 au 08/10/2009
Sonia
(Théâtre Monfort)
03/05/2001
Luc Ferrari + DJ Olive
(Théâtre Monfort)
du 12/11/2013 au 07/12/2013
Cosmos
(Théâtre Monfort)