Sóley

 date du concert

29/03/2017

 salle

Divan du Monde,
Paris

 tags

Divan du Monde / Sóley

 liens

Sóley

 dans la même rubrique
14/11/2017
Thomas Tilly / BJ Nilsen
(Instants Chavirés)
13/11/2017
Christian Wallumrød Ensemble
(Dynamo)
09/11/2017
Matt Elliott
(Médiathèque Musicale de Paris)

Il aura donc fallu sept ans pour que notre prophétie s’accomplisse. En effet, lors de la recension du premier EP de Sóley, nous soulignions être en terrain connu, puisque « des petites jeunes femmes au style dépouillé mais légèrement tourmenté, accompagnant leur voix délicate d’un piano ou d’une simple guitare, et venant d’un pays « nordique », il s’en produit au moins trois par an aux « Femmes s’en mêlent » ». La venue de l’Islandaise à ce festival était donc attendue et, pour sa vingtième édition, la manifestation convia donc la jeune femme, en clôture d’un double plateau sis au Divan du Monde et à Madame Arthur (le cabaret jouxtant la salle de concert).

Après avoir délibérément séché la prestation de Pi Ja Ma, on pénétra dans le cabaret pour le set d’Itasca. Assise, sa guitare (six ou douze cordes) à la main, Kayla Cohen enchaîna une demi-heure de ballades folk d’une voix égale, dans une instrumentation toute aussi égale, simplement accompagnée de Dave McPeters à la pedal steel. Correct début de soirée, bien que trop monotone, ce concert pâtit également du bruit des discussions et du bar de Madame Arthur, bien trop proche de la scène.

JPEG - 110.4 ko
Lowly

Assurément, la configuration du Divan du Monde s’avère plus propice à écouter des concerts, surtout quand le volume monte comme ce fut le cas avec la prestation de Lowly. Ce groupe danois, mené par les chanteuses Nanna Schannong et Soffie Viemose, se fit en effet assez efficace avec ses ruptures de rythme et passages saturés sur chaque morceau, mis intelligemment en contrepoint des voix réverbérées des jeunes femmes. Entre pop sophistiquée et connotations presque shoegaze, leur set, porté par les quasi-tubes Prepare The Lake et Word, fut réellement convaincant.

Nous fîmes le choix de rester dans l’enceinte du Divan du Monde le temps du changement de plateau, faisant l’impasse sur Vale Poher qui se produisait chez Madame Arthur, pour assister à notre premier concert de Sóley, bien que l’Islandaise ait déjà eu l’occasion de jouer à Paris précédemment. Venue avec une claviériste et un guitariste-bassiste, Sóley Stefánsdóttir livra à la fois des titres de sa discographie passée, mais aussi quelques extraits d’Endless Summer, album à sortir en mai, qu’elle annonce moins porté sur la mort et davantage sur le printemps, le soleil et les fleurs. À ce titre, elle en tira un morceau à propos de sa fille de trois ans, « le premier que j’écris en accords majeurs » confessa-t-elle. Installée derrière son grand clavier, réglé en mode « piano classique », elle se concentra effectivement sur des tonalités mineures, idéales pour narrer ses histoires aux teintes morbides. L’instrumentation globalement dépouillée du trio résultait aussi des interventions probablement trop discrètes de ses deux comparses, même si la basse parvenait à bien arrondir ou densifier certains titres.

JPEG - 89.9 ko
Sóley

Intervertissant sa place avec celle de la claviériste, Sóley rejoignait par moments le petit clavier, jouxté d’un sampler pour déclencher quelques rythmiques venant à propos apporter une coloration un peu autre (One Eyed Lady). Particulièrement volubile entre chaque titre, mise à l’aise par l’accueil favorable du public et sa qualité d’écoute, l’Islandaise se risqua même, de son propre aveu, à un morceau simplement porté par la guitare de son acolyte. Pour terminer, I’ll Drown lui permit d’empiler les paroles du dernier refrain et des petites rythmiques réduites à l’os, afin de mettre les paroles et le chant en majesté, et de réaffirmer leur importance dans l’univers cohérent de la jeune femme.

François Bousquet
le 31/03/2017

À lire également

Seabear
The Ghost That Carried Us Away
(Morr Music)
Seabear
We Built A Fire
(Morr Music)
Sóley
Krómantík (EP)
(Morr Music)
Sóley
Theater Island (EP)
(Sound of a Handshake)