Darren McClure

Primary Locations

(Dragon’s Eye Recordings / Internet)

 date de sortie

09/06/2015

 genre

Electronique

 style

Ambient / Drone / Field Recordings

 appréciation

 tags

Ambient / Darren McClure / Dragon’s Eye Recordings / Drone / Field Recordings

 liens

Dragon’s Eye Recordings
Darren McClure

 autres disques récents
Crisopa
Transhumante
(Sound in Silence)
Celer
Akagi
(Two Acorns)
Bauri
Vinkelvolten (EP)
(FireScope Records)
Pinkcourtesyphone & Gwyneth Wentink
Elision
(Farmacia901)

C’est lors de nos découvertes Twitter que l’on faisait connaissance de Darren McClure en 2015, artiste irlandais vivant actuellement au Japon. C’est un plaisir de parler de l’un de ses albums et de le retrouver chez Dragon’s Eye Recordings chez qui il trouve naturellement sa place.

Primary Locations est un travail un peu conceptuel que l’on va donc commencer par expliquer. A l’origine, cette idée vient d’un point commun qu’il y a entre le son et la lumière, à savoir qu’il s’agit dans les deux cas d’ondes, qui permettent d’obtenir des couleurs et des sonorités visibles/audibles ou invisibles/inaudibles. Le musicien a donc établit un lien direct entre des couleurs et des fréquences sonores en se basant sur les trois couleurs primaires. Nous tenons ainsi l’explication de la moitié du titre de l’album. "Locations" parce Darren McClure est allé chercher 3 lieux dans lesquels il retrouvait ces couleurs primaires afin d’y faire des captations sonores. Il ne lui restait alors plus qu’a associer fréquences sonores, field recordings et autres matières afin de donner corps à ces trois pièces logiquement intitulées Red, Yellow, et Blue, suivi des coordonnées GPS du lieu de captation.

L’histoire ne dit pas si c’est le fruit du hasard, mais la durée de ces trois titres semble proportionnelle à la fréquence sonore dominante. On démarre avec le plus grave, soit Red (36.238860, 137.968897) et ses souffles, pulsations de basses, et bruits de pas, voix de visiteurs noyées dans la reverb du château de Matsumoto puisque c’est le lieu sélectionné par l’artiste, en raison de la couleur de son pont principal, rouge. Le sentiment général est l’apaisement puisqu’il s’agit avant tout d’un mélange d’ambient, de drone et de field recordings, notamment ponctué par le piaillement des oiseaux dans le parc environnant.
Le procédé étant le même pour les trois pièces, le résultat est lui aussi sensiblement identique. Ce sont les fields recordings qui semblent influencer le plus ces pièces, comme ces coups sourds qui viennent contrebalancer les tonalités plus lumineuses de Yellow (36.233173, 137.963208). L’enregistrement a été fait cette fois à proximité d’un pont supportant une ligne ferroviaire et ce sont des pulsations sourdes et métalliques qui donnent une tonalité industrielle à cette pièce pourtant douce et apaisée.
On termine avec Blue (36.233252, 137.949606) et sa fréquence plus haut perchée. On est cette fois en bord de route, au milieu de serres et de champs de riz et c’est une bâche qui sert de prétexte à cet enregistrement. D’abord dans les aiguës et plein de souffles, Darren McClure oriente ce dernier titre vers une ambient minimale de toute beauté alors qu’elle gagne en gravité. Il prend ici quelques libertés qui montrent qu’il peut dépasser son idée de départ, tandis que les field recordings nous ramènent petit à petit dans le monde réel.

Au delà des contraintes que s’est fixé l’artiste, Primary Locations est avant tout un très bel album d’ambient minimale, à même de séduire les amateurs de drones, du label Touch et autres expérimentations apaisées.

Fabrice ALLARD
le 10/04/2017

À lire également

Yann Novak
Snowfall
(Dragon’s Eye Recordings)
Chubby Wolf
Los Que No Son Gentos
(Dragon’s Eye Recordings)
Simon Whetham
Prayers Unheard
(Dragon’s Eye Recordings)
Yann Novak
Idleness, Endlessness
(Dragon’s Eye Recordings)