Motoro Faam

Fragments

(flau / Import)

 date de sortie

17/02/2017

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 tags

Electronica / flau / Motoro Faam

 liens

flau

 autres disques récents
Benoit Pioulard
Lignin Poise
(Beacon Sound)
Garaliya
Ventricle Replicant
(Kvitnu)
Wil Bolton
Night Paths
(Hidden Vibes)
Haco
Qoosui
(Someone Good)

À l’époque où nous suivions de très près tout ce que le label U-Cover (et ses sous-structures comme U-Cover CDr Limited) publiait (soit environ la première moitié des années 2000), l’album de Motoro Faam ne nous avait pas interpellés. Quelques années plus tard, nous avons croisé le nom du groupe japonais comme remixeurs d’un morceau d’Aus et c’est donc logiquement flau (label géré par Aus) qui vient ressortir le premier effort du trio, sorti en 2006 sur U-Cover CDr Limited. Depuis, après deux autres publications, il semble que la formation se soit mise en sommeil et, bien que de prime abord on ne saisisse pas forcément l’intérêt d’une telle ressortie, on peut y lire une volonté de remettre en lumière un groupe passé inaperçu.

Il faut dire que sa formule électronique-piano-violon n’est pas des plus communes et que, dans ce contexte, Motoro Faam sait explorer plusieurs veines, allant de passages dans lesquels les programmations de Ryuta Mizkami dominent, variations abrasives allant chercher des pointes acérées et des glitchs malaisants, à d’autres plus élégiaques lorsque le piano d’Ayumi Kato et des vocalises féminines interviennent (A Change Of A Cityscape). Plus léger, Planning For Living Rooms permet à l’électronique et au piano de prendre une coloration extrême-orientale, que soulignent aussi les babillages d’enfants samplés.

Naturellement, les instruments sont également invités à se croiser, comme sur Fragments Call où les petites rythmiques résonnent admirablement avec les notes rapides du piano avant que, sur la seconde moitié du titre, le violon de Daisuke Kobara n’apparaisse pour donner une épaisseur supplémentaire. Même sentiment de plénitude et d’accomplissement par l’équilibre entre les trois musiciens sur Atom, petite pépite de construction se déployant progressivement dans une très belle ampleur, introduisant des mini-explosions numériques et justifiant presqu’à elle seule la ressortie de Fragments.

François Bousquet
le 17/05/2017

À lire également

0
Soñando
(flau)
Masayoshi Fujita
Stories
(flau)
Ikebana
When You Arrive There
(flau)