Federico Durand

La Niña Junco

(12k / Import)

 date de sortie

21/04/2017

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 tags

12k / Ambient / Federico Durand

 liens

12k
Federico Durand

 autres disques récents
Everest Magma
Modern / Antique
(Boring Machines)
Building Instrument
Kem Som Kan Å Leve
(Hubro)
Arve Henriksen
Towards Language
(Rune Grammofon)
Sóley
Endless Summer
(Morr Music)

Une grosse année après A Través Del Espejo, album finalement assez commun dans son exploration de l’ambient minimale, Federico Durand revient déjà, à nouveau sur 12k pour un travail encore marqué dans ce registre musical. De fait, l’Argentin nous annonce n’avoir utilisé, pour ce long-format disponible en vinyle et téléchargement, qu’un seul synthétiseur (le tout premier qu’il ait possédé) ainsi que quelques pédales d’effets. Comme on pouvait s’y attendre, on se trouve alors en face d’un propos travaillant par petites touches, souvent parcourues d’une belle lumière et d’une certaine grâce.

Une nouvelle fois, le procédé et son résultat ne se démarquent possiblement pas suffisamment de ce qui se fait en la matière, mais l’élégance de la musique de Durand (et de certains de ses intitulés, tel Lluvia de Estrellas, soit « pluie d’étoiles ») font néanmoins leur petit effet, comme la sobriété de son dispositif ou l’éclat étincelant de ses composantes. Ne brusquant jamais l’auditeur, ses compositions se déploient donc telles de petites vignettes, combinant les sons analogiques un peu « pauvres » de son synthé (un Crumar Performer, pour les connaisseurs) et apports qu’on pourrait imaginer de son quotidien (pluie qui tombe sur El Cascabel De Plata, par exemple). Seules font, à ce titre, exception les sept minutes et trente secondes du caudal Lluvia De Estrellas, travaillant davantage sur la répétition du même, dans un lent decrescendo qui n’a toutefois rien d’ennuyeux.

Au gré de La Niña Junco, on se prend alors à penser que cet album constitue probablement une forme de parangon de cette ambient minimale affectionnée par 12k notamment : peut-être pas assez singulier pour être placé plus haut dans une classification hiérarchique, il apparaît cependant assurément comme un ouvrage type impeccablement exécuté. Mine de rien, ce n’est déjà pas rien !

François Bousquet
le 06/07/2017

À lire également

Moskitoo
Drape
(12k)
Fenton
Mythic Failures
(12k)
Janek Schaefer
Lay-By Lullaby
(12k)
Giuseppe Ielasi
Aix
(12k)