Kaye Donachie : Sous les nuages de ses paupières

 date

du 18/05/2017 au 23/07/2017

 salle

Le Plateau / FRAC Île-de-France,
Paris

 appréciation
 tags

Kaye Donachie / Le Plateau / FRAC Île-de-France

 liens

Le Plateau / FRAC Île-de-France

 dans la même rubrique
du 11/11/2016 au 27/08/2017
Stéphane Thidet : Désert
(Abbaye de Maubuisson)
du 26/04/2017 au 14/08/2017
Walker Evans
(Centre Pompidou)
du 01/07/2017 au 20/08/2017
Laurent Pernot : Pas de Rose pour l’Infini
(Passage Sainte-Croix)
du 23/05/2017 au 01/07/2017
Ida Tursic & Wilfried Mille : Bianco Bichon, Nero Madonna, e (...)
(Fondation d’entreprise Ricard)

Lors de l’exposition collective Un Mural, Des Tableaux, on avait repéré les peintures de Kaye Donachie et ses visages de jeunes femmes mélancoliques. Deux ans après, c’est une monographie qu’offre le même Plateau à l’Écossaise pour lui permettre de développer plus amplement son propos, dans une présentation chronologique qui se permet même d’incorporer quelques travaux extérieurs.

De fait, attachée à des figures féministes et à la French Riviera (cette communauté du début du XXe siècle où se côtoyaient intellectuels et artistes), la peintre évoque régulièrement sur ses portraits les représentations de Lee Miller, Florence Henri ou Claude Cahun, autant de créatrices dont des œuvres parsèment également le parcours. Au-delà de ces résonances directes, les sujets mêmes des propositions des intervenantes dialoguent entre eux : les paysages peints par Donachie sont mis en regard des photographies de Florence Henri tandis que les tirages de nus féminins de cette dernière ou de Lee Miller répondent aux corps de certaines peintures.

JPEG - 50.5 ko
Vue de l’exposition

Mais le grand sujet de Kaye Donachie s’avère bien ces portraits qui se fondent dans le décor ou le paysage, le caractère évanescent se trouvant renforcé par les teintes chromatiques convoquées par l’Écossaise (bleu pâle, vert d’eau…) : Silence Separates Us, And Sighing, Sighing Double Notes, Memoir, Murnau, Without You, etc… L’accrochage direct avec ses châssis sans encadrements ni fioritures favorise évidemment la proximité, le fondu avec les cimaises (aux couleurs foncées ou couvertes de papier peint). Mais cette disposition encourage aussi le libre cours laissé à l’imaginaire, non corseté dans un espace clos et invité à vagabonder plus loin que le tableau en suivant le regard, perdu dans le vague, des sujets.

Au-delà des recherches historiques, le travail de Donachie s’aventure parfois vers des recherches formelles, notamment par des cyanotypes, procédé photographique à la monochromie bleutée, reprenant cette teinte déjà convoquée dans ses peintures mais dans une variation plus soutenue. S’impriment alors, en négatif, végétaux, minéraux ou contours d’une main, comme autant d’éléments qui, bien que disparus, flottent encore dans les créations de l’Écossaise.

François Bousquet
le 27/06/2017

À lire également

du 07/06/2012 au 29/07/2012
Le Mont Fuji n’existe (...)
(Le Plateau / FRAC Île-de-F)
du 24/09/2015 au 06/12/2015
Haris Epaminonda : (...)
(Le Plateau / FRAC Île-de-F)
du 12/06/2014 au 27/07/2014
Waywards Of Seeing
(Le Plateau / FRAC Île-de-F)
du 04/06/2009 au 09/08/2009
Richard Fauguet : Pas
(Le Plateau / FRAC Île-de-F)