Demen

Nektyr

(Kranky / Differ-ant)

 date de sortie

19/05/2017

 genre

Rock

 style

Ambient / Space Rock

 appréciation

 tags

Ambient / Demen / Kranky / Space Rock

 liens

Kranky

 autres disques récents
T’ien Lai
RHTHM
(Monotype Records)
Chihei Hatakeyama
Mirage
(Room40)
Lärmheim
Cent Soleils
(Autoproduit)

Artiste féminine signée sur Kranky venant poser sa voix éthérée sur des lignes instrumentales tourmentées, nouvel épisode. Pour autant, à la différence de nombreuses autres que nous avons déjà eu l’occasion de chroniquer, Demen opte pour un positionnement un peu plus mystique, délaissant les rivages sombres ou ambient-folk parcourus par d’autres musiciennes du même label. La Suédoise choisit, en effet, de privilégier une approche assez ample, marquée par une forte réverbération sur sa voix et une instrumentation riche et ambitieuse. Cela la conduit alors à mettre à profit la durée (les neuf minutes de Morgon, les sept d’Ambur, par exemple) pour faire évoluer cette instrumentation, intégrant progressivement divers matériaux, variant presque les atmosphères au sein du même morceau.

Si le risque de la grandiloquence n’est pas toujours écarté (certains effets de voix, ou certains effets sur sa voix, frisent ainsi le pompiérisme), Irma Orm réussit à s’en extraire à chaque fois grâce à une science de la construction assez habile : le dosage de chaque élément s’avère plutôt juste (ne jamais les laisser durer trop longtemps) comme leur combinaison (s’arrêter juste avant que l’empilement des composantes n’atteigne le point de non-retour). De même, dans un climat très porté sur quelque chose de gothique ou d’ésotérique, le péril de la posture, de l’auteur qui se contemple en train de composer (puis d’interpréter), n’est parfois pas bien loin mais, une nouvelle fois, la musicienne parvient in extremis à ne pas y sombrer.

Qu’on ne s’y méprenne pas, nous ne cherchons pas nécessairement à trouver des défauts à Nektyr, mais à rendre compte d’un disque auquel nous trouvons à l’évidence des qualités, mais qui manifeste également quelques limites. Lorsque nous apprenons qu’Irma Orm a travaillé toute seule, sans véritable regard extérieur, et dans un processus d’écriture assez lent, nous pensons alors obtenir une partie de nos réponses et, par voie de conséquence, une partie de nos espérances quant à une évolution future.

François Bousquet
le 28/07/2017

À lire également

MJ Guider
Precious Systems
(Kranky)
Ken Camden
Lethargy & Repercussion
(Kranky)
Loscil
Plume
(Kranky)
Belong
Common Era
(Kranky)