Bola

D.E.G.

(Skam / La Baleine)

 date de sortie

26/05/2017

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 tags

Bola / Electronica / Skam

 liens

Bola
Skam

 autres disques récents
Dmitry Evgrafov
Comprehension Of Light
(130701)
Nicola Ratti
The Collection
(Room40)
Target Archery
Clock of the Long Now
(Autoproduit)
David Cordero & .tape.
Seep
(Nature Bliss)

Dix ans, c’est extrêmement long à l’échelle du monde tel qu’il va aujourd’hui, mais cela peut également paraître bien court puisqu’on ne pensait pas que cela faisait aussi longtemps que Bola n’avait pas donné de nouvelles. Avec le musicien anglais, on était resté sur l’impression mitigée de Kroungrine, mais on avait préféré conservé le souvenir d’une discographie très cohérente et bien solide dans l’ensemble. Voir arriver une nouvelle heure de musique de Darrell Finton, toujours publiée sur Skam (label dont la production s’est diablement ralentie ces dernières années), constitue donc toujours l’occasion de se replonger dans une electronica plutôt impeccable.

Passé l’incipit arythmique, sorte de reprise de lien un peu trop passe-partout (Fhorth), les pulsations marquées et petites lignes mélodiques reviennent. Le caractère assez franc des composantes du Britannique continue d’intéresser, à la différence de la présence d’une voix féminine sur Evensong, seule petite faute de goût de l’album mais qui permet, en négatif, de goûter encore davantage le retour à un titre plus enlevé, voire presque binaire dans sa construction rythmique (Landor 50X2). Ce dernier aspect peut toutefois conduire Darrell Finton à livrer quelque chose de trop mécanique lorsque la dimension répétitive (de la cadence, de la phrase chantée et passée à l’autotune) prend le pas sur le reste (Kappafects).

Fort heureusement, la mise en place de sonorités assez métalliques permet à Bola de proposer des variations quasi-thématiques, passant d’atmosphères presque caressantes (Pelomen Vapour 1) à des propositions plus appuyées (Pelomen Vapour 2). Pour terminer, après avoir laissé derrière soi des pistes assez bigarrées, l’Anglais surprend presque en installant une guitare digitalisée, venant poser ses notes délicates sur un tapis sonore lumineux et coloré, dans un registre traduisant un bel apaisement, comme si le musicien lui-même était repu au sortir de D.E.G..

François Bousquet
le 02/08/2017

À lire également

Quinoline Yellow
Cyriack Parasol (Ep)
(Skam)
Bola
Gnayse
(Skam)
V/A
All Tomorrow’s Parties 3.0
(ATP Recordings)
05/04/2003
Festival ATP 2003 : (...)
(Camber Sands)