Chihei Hatakeyama

Mirage

(Room40 / Import)

 date de sortie

09/06/2017

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 tags

Ambient / Chihei Hatakeyama / Room40

 liens

Chihei Hatakeyama
Room40

 autres disques récents
Celer
Akagi
(Two Acorns)
Bauri
Vinkelvolten (EP)
(FireScope Records)
Pinkcourtesyphone & Gwyneth Wentink
Elision
(Farmacia901)
Ogive
Folds
(Room40)

Ainsi qu’on le précise à chaque recension d’une sortie de Chihei Hatakeyama, il est impossible de rendre compte de toutes ses publications. C’est ainsi que nous avons laissé passer une petite dizaine d’albums (en deux ans seulement !) avant de reprendre le fil de nos chroniques du Japonais, pour un nouveau long-format paraissant sur Room40. Nous restions, au demeurant, sur une très bonne impression, de la collaboration d’Hatakeyama avec le label australien, tant Moon Light Reflecting Over Mountains nous avait séduits, notamment par la présence de traits de guitare électriques étirés et réverbérés.

Pour prolonger le propos, et reprendre donc la conversation, ces composantes sont, une nouvelle fois, convoquées par le Japonais (mais moins fréquemment que sur ce précédent album) qui suscite alors, de concert, mélancolie et imaginaire de l’auditeur. Composés à l’occasion d’un séjour en Turquie, prenant pour point de départ ses errances dans les bazars labyrinthiques de ce pays, les neuf morceaux de Mirage sont également présentés comme des méditations sur les liens entre musique et architecture. Heureusement, plutôt que de chercher à échafauder des titres ampoulés et construits d’empilements ad nauseam, le Japonais préfère incorporer progressivement quelques saturations (Starlight And Black Echo), des arpèges de guitare en finger-picking (Distant Steam Train Whistle) ou des grésillements que le contexte d’écriture nous conduit à assimiler aux secousses d’un séisme (Anatolia Mirage).

Plus convenue, la présence de samples urbains attrapés lors de son périple turc (dans le bien nommé Bus Terminal In Konya, Distant Steam Train Whistle ou Phantom Cats In Cathedral, par exemple) ne fait toutefois pas tâche dans l’ensemble comme, ailleurs, et même si on est alors pas loin du trop-plein, la superposition d’accords lumineux et distendus (façon « pitch » mal réglé) de Voices On The Corner. Entre compacité, homogénéité et présence d’apports globalement bienvenus, Mirage arrive à ne pas en être un, mais plutôt une nouvelle réalité dans la discographie d’Hatakeyama.

François Bousquet
le 20/08/2017

À lire également

Rafael Anton Irisarri
A Fragile Geography
(Room40)
Chihei Hatakeyama
Ghostly Garden
(Own Records)
Minamo
Documental
(Room40)
Sketches for Albinos
Days of Being Wild and Kind
(Nóthings66)