Natse

Etudes

(YGAM / Internet)

 date de sortie

21/12/2015

 genre

Electronique

 style

Ambient / Expérimental

 appréciation

 tags

Ambient / Expérimental / Natse / YGAM

 liens

YGAM
Natse

 autres disques récents
Orchard
Serendipity
(Ici d’Ailleurs)
Kyoka
SH
(Raster-Noton)
eRikm
Doubse Hystérie
(Monotype Records)
Borosilicate Purl
Coalescence
(Autoproduit)

Après quelques recherches on finit par trouver le véritable nom de Natse. C’est donc Tom Morant, moitié de Nood & Gang qui entre deux productions plutôt orientées dub/hip-hop s’essaye à une musique plus expérimentale avec tout de même une dominante ambient. C’est également l’occasion de découvrir une toute jeune structure, YGAM qui sortait un mois plus tôt sa première production, le EP Gare(s) produit par H4N que l’on avait déjà bien apprécié dans un style dub/électro.

Il fallait faire un choix, il n’a pas été très facile, mais c’est donc Natse que nous avons retenu, tout simplement parce que ce court EP est un peu plus en phase avec notre ligne éditoriale. Court EP puisque ces Études ne sont qu’au nombre de trois. Trois titres de 3-4 minutes en commençant par Am I a real sound ? qui semble illustrer le décalage qu’il y a entre le style de ce morceau et l’univers habituel de Natse. On démarre en effet par une intro très expérimentale faite de bruitages divers qui hoquettent, saccadés, quelques boucles tronquées, et une voix déformée qui fait la transition avec de belles nappes lancinantes, un peu inquiétantes ponctuées de cliquetis. Vraiment très beau, à la fois doux et habité.

La suite est un peu plus classique mais Natse essaye toujours de mélanger différentes sources sonores. Ainsi on ne saurait trop dire si les petits bruitages de Dire autre chose sont des field recordings de piaillements d’oiseaux, des murmures ou un mélange des deux... toujours est-il que les nappes électroniques avec lesquels ils cohabitent glissent là encore de façon inquiétante. On pense à des musiques de films avec l’impression ici que quelque chose de grave va se produire sur cette ambient cliquetante.
On termine avec Theia, construit quant à lui sur une lente montée de nappes et drones, quelques glissements inquiétants et de rapides oscillations électroniques qui nous font ici penser à de vieux films de science-fiction.

C’est donc une très très belle surprise que ce EP, avec globalement une ambient en berne, morose, tout en étant douce et belle. On aimerait bien retrouver d’autres productions de Natse dans ce registre, mais pour l’heure son album The Leaves sorti en mars de cette année se situe plutôt dans un style abstract hip-hop.

Fabrice ALLARD
le 09/09/2017