Lali Puna

Two Windows

(Morr Music / La Baleine)

 date de sortie

08/09/2017

 genre

Electronique

 style

Pop

 appréciation

 tags

Lali Puna / Morr Music / Pop

 liens

Lali Puna
Morr Music

 autres disques récents
Kryshe
March Of The Mysterious
(Serein)
Orchard
Serendipity
(Ici d’Ailleurs)
Kyoka
SH
(Raster-Noton)
eRikm
Doubse Hystérie
(Monotype Records)

L’écart conséquent laissé entre deux albums (six ans entre Faking The Books et Our Inventions, sept ans et demi depuis ce dernier long-format) permet à Lali Puna de finir par se faire désirer. Et pourtant, il faut se souvenir que notre rapport au groupe allemand n’était pas des plus étroits, tant leurs sorties du tournant du siècle nous paraissaient aseptisés, voire mièvres. Mais, la publication en 2005 d’une compilation de remixes, comme les réelles qualités d’Our Inventions nous avaient autrement convaincus et c’est donc avec ce (bon) souvenir que Two Windows peut être abordé.

On y constate alors que le groupe, nonobstant le départ de Markus Acher (davantage concentré sur son projet solo en tant que Rayon ?), réussit à conserver les atouts développés dans l’effort précédent : présence de refrains accrocheurs (le morceau-titre, Deep Dream), enrobage de pop électronisée parfaitement calibré, maintenance d’un quasi-instrumental fort bien ouvragé (Birds Flying High), conjugaison d’éléments électroniques habiles, voire complexes, et de la voix de Valérie Trebeljahr optant à nouveau pour un parlé-chanté. Au reste, cette dernière se trouve même parfois confrontée à des composantes soit moins amicales, à l’image des matériaux grésillants développés par Dntel sur The Frame, soit des combinaisons plus caressantes de Radioactive Man (Keith Tenniswood) sur Head Up High.

Comptant parmi les quelques invités de cet album, ses deux messieurs s’y trouvent davantage mis en valeur que les convives féminines puisque la harpiste Mary Lattimore et la musicienne Midori Hirano peinent à faire entendre leurs valeurs ajoutées (respectivement sur Bony Fish et Everything Counts). Pour autant, et malgré quelques petits écarts (la reprise de The Bucket de The Kings of Leon), ce nouvel album démontre une belle homogénéité et confirme la bien bonne passe dans laquelle se trouve Lali Puna.

François Bousquet
le 24/10/2017

À lire également

Dieter von Deurne and The Politics
s/t
(Morr Music)
It’s A Musical
The Music Makes Me Sick
(Morr Music)
Telekinesis
12 Desperate Straight Lines
(Morr Music)