Dmitry Evgrafov

Comprehension Of Light

(130701 / La Baleine)

 date de sortie

06/10/2017

 genre

Classique

 style

Néo-Classique

 appréciation

 tags

130701 / Dmitry Evgrafov / Néo-Classique

 liens

130701

 autres disques récents
Spirit Fest
Anohito
(Morr Music)
øjeRum
He Remembers There Were Gardens
(KrysaliSound)
Ocoeur
Inner
(n5MD)
Arve Henriksen
The Height Of The Reeds
(Rune Grammofon)

Croisé seulement l’an passé, sur la compilation-anniversaire de 130701, Dmitry Evgrafov avait pourtant sorti deux albums au préalable. Plutôt intéressés par sa proposition de piano quasi-solo sur ce disque, nous pouvons, à présent, nous pencher sur sa nouvelle production, publié en vinyle et téléchargement sur le sous-label de FatCat. Alors qu’on s’attendait donc à entendre des compositions dans ce registre, c’est avec un peu de surprise qu’on se retrouve face à des morceaux néo-classiques, portés par les cordes du Iskra String Quartet. D’une balise à l’autre, c’est donc à une forme toute aussi privilégiée par les artistes de 130701 qu’on est confronté.

Si les instants plus sombres et profonds déparent un peu du tout-venant de ce style musical, il n’en est pas autant des passages dans lesquels les cordes se trouvent en avant, éternelles compositions pouvant émaner de tant de musiciens (Wandering). Le retour du piano, au début du deuxième tiers du disque, permet d’échapper à cette forme de litanie ; toutefois, bien vite, on repart sur des propositions laissant une large place aux cordes, lorgnant à l’évidence vers des aspects évocateurs très « musique de film » (First Crop).

Dans ce contexte, il faut attendre que chacun des quatre instruments en cause intervienne de manière plus détachée pour véritablement intéresser, grâce à leur confrontation et à leur plus grande identification (A Chance To Change ou Rootedness, dans lequel le piano tient également sa ligne). À l’inverse, quand tous jouent dans une sorte d’agrégat indistinct, tout juste bon à aller chercher ostensiblement l’émotion, on peut juger le propos de Dmitry Evgrafov assez paresseux. Même les deux autres invités (Benoit Pioulard sur Kintsukuroi et Abul Mogard sur Znanie) ne parviennent, au reste, à se singulariser, noyés eux aussi dans des partitions, certes agréables mais fort quelconques, tellement elles sont communes.

François Bousquet
le 13/12/2017

À lire également

22/05/2012
The Transcendentalists :
(Café de la Danse)
Resina
Traces
(130701)
Sylvain Chauveau
Simple
(130701)
Max Richter
The Blue Notebooks
(130701)