Ceramic TL

Sign Of The Cross Every Mile To The Border

(Halocline Trance / Internet)

 date de sortie

15/03/2016

 genre

Electronique

 style

Ambient / Drone / Expérimental / Noise

 appréciation

 tags

Ambient / Ceramic TL / Drone / Expérimental / Halocline Trance / Noise

 liens

Halocline Trance
Ceramic TL

 autres disques récents
Nicola Ratti
The Collection
(Room40)
Target Archery
Clock of the Long Now
(Autoproduit)
David Cordero & .tape.
Seep
(Nature Bliss)
Giulio Aldinucci
Borders And Ruins
(Karl Records)

Ceramic TL est un projet fondé en 2014 par David Psutka, déjà actif sous le pseudo Egyptrixx et responsable du label Halocline Trance sur lequel il sort désormais ses propres productions et collaborations. Alors qu’il est actif depuis près de 10 ans en tant qu’Egyptrixx, le travail de cet artiste atypique est une complète découverte pour nous.

On distinguera 2 parties distinctes dans cet album, la première occupant les 4 premiers titres, les plus abstraits. Pour commencer on a les espèces de drones métalliques de I Attached To And Pored Over Photos Of Places I Loved That Were Reduced To Ash avec l’impression d’entendre au second plan quelques percussions, entre résonances, crissements et bruissements de cymbales, pour finir par une ambiance tropicale, proche du field recording. Assez proche, Life On Earth se distingue par ses textures bruitistes oscillantes et quelques cassures qui sont autant d’occasions d’insérer quelques bruitages abstraits ou field recordings inattendus comme cette voiture qui démarre en fin de piste.
Dans le genre, on préférera I Often Wondered How The Group Would React When Eco-Apocalypse Finally Struck et ses drones nasillards synthétiques, même s’ils sont toujours ponctués de quelques percussions métalliques. Dans cette première partie Sign Of The Cross Every Mile To The Border sort du lot puisque ce sont les percussions qui dominent ici, à la fois répétitives et prises d’accélérations subites alors que des coups de basse servent de ponctuation.

On change donc assez radicalement de registre sur la 2ème partie qui débute avec This Looks Just Like It, The Answer To My Prayers - I Thought My Life Was Over Until Two Years Later I Arrived et son foisonnement de tintements mélodiques. C’est apparemment chaotique, mais pourtant une superbe mélodie, atypique, parvient à s’en échapper. Moins luxuriant, Our Leverage Is Weak There Are Things We Can Do séduit tout de même avec une approche ambient-drone grave aux relances régulières.
On termine superbement avec Clearing que l’on verra comme une synthèse des diverses propositions de l’album, avec une construction du type complet/refrain : nappes synthétiques et percussions métalliques pour des complets au ton grave, fourmillements synthétiques esquissant une sorte de mélodie pour les refrains.

On débutait cette chronique en qualifiant David Psutka d’artiste atypique et effectivement, on a avec cet album l’impression d’écouter quelque chose de nouveau. C’est assez rare pour le souligner même si la construction de l’album, avec deux approches bien distinctes nous pose question...

Fabrice ALLARD
le 04/12/2017