Kjetil Mulelid Trio

Not Nearly Enough To Buy A House

(Rune Grammofon / Differ-ant)

 date de sortie

27/10/2017

 genre

Jazz

 style

Jazz

 appréciation

 tags

Jazz / Kjetil Mulelid Trio / Rune Grammofon

 liens

Rune Grammofon
Kjetil Mulelid Trio

 autres disques récents
Resina
Traces
(130701)
Ben Chatwin
Staccato Signals
(Village Green)
Boris Hauf
Clark
(Shameless Records)
Stray Theories
All That Was Lost
(n5MD)

Attaché au format du trio piano-contrebasse-batterie (avec le succès que l’on sait lorsque que le lecteur connaît notre attachement pour Espen Eriksen Trio et In The Country), Rune Grammofon poursuit son exploration de ce format traditionnel avec cette nouvelle signature. Pour son premier album dans cette configuration (après avoir participé à d’autres formations), Kjetil André Mulelid a donc convié deux partenaires autour de son clavier, pour une quarantaine de minutes inscrites dans une lignée assez classique, même si le trio se singularise par sa volonté de se tourner, dès les premières secondes de chaque titre, vers l’improvisation.

C’est ainsi que les doigts du Danois courent sur plusieurs octaves, dans un tempo enlevé (le bien nommé Fly, Fly), que ceux de Bjørn Marius Hegge font rebondir les cordes de sa contrebasse (Children’s Song) et que les balais d’Andreas Skår Winther offrent des roulements sur sa caisse claire (You Stood There In Silence, Having No Words). Dans ce contexte, déroulant une formule connue, le groupe se montre pleinement enclin à assumer sa jeunesse (le Danois et les deux Norvégiens ont tous moins de trente ans) et cette forme de fougue et de spontanéité, sans pour autant verser dans des excès démonstratifs, écueil habituel d’un tel schéma.

Mélodiquement, les propositions ne sont pas forcément immédiatement mémorables, mais l’ensemble coule agréablement jusqu’à C & R, pièce de deux minutes placée en milieu d’album, aux accents proches de la musique concrète ou de l’électro-acoustique (accords de piano qui frottent, interventions clairsemées de la contrebasse et de la batterie), sorte de respiration mais également porte d’entrée vers une seconde moitié de disque plus aventureuse. De fait, From Someone Else’s Point Of View marque par une rupture en son milieu et par les frappes sourdes sur les toms d’Andreas Skår Winther, comme Time/Breath se distingue par un jeu détimbré du piano, des soli de batterie et les cordes étouffées de contrebasse ou Leaving Home par son caractère plus martelé. Les trois jeunes gens auront alors démontré qu’ils savent opérer dans un spectre plus large qu’imaginé initialement, ce qui n’est jamais négatif.

François Bousquet
le 08/01/2018

À lire également

Arne Nordheim
Dodeka
(Rune Grammofon)
Phonophani
S/t
(Rune Grammofon)
Arve Henriksen
Strjon
(Rune Grammofon)
Arve Henriksen
Places Of Worship
(Rune Grammofon)