Gregg Kowalsky

L’Orange, L’Orange

(Mexican Summer / La Baleine)

 date de sortie

10/11/2017

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 tags

Ambient / Gregg Kowalsky / Mexican Summer

 liens

Gregg Kowalsky
Mexican Summer

 autres disques récents
Lorenzo Balloni
創生の最果て
(Murmur Records)
RX-101
Like Yesterday
(Suction Records)
Sevenism
Saline Celestial
(Naviar Records)
Nonturn
Territory
(Audiobulb)

Sans forcément que nous nous en soyons rendus compte, Gregg Kowalsky apparaissait de moins en moins souvent autour de nous : plus de nouveautés discographiques, pas de tournées, peu d’informations hormis sa participation au groupe Date Palms. Et puis, arrive L’Orange, L’Orange, premier album solo depuis 2009, publié sur Mexican Summer et pour lequel le musicien a délaissé ses magnétophones à cassettes pour se consacrer à des synthétiseurs, dont il accentue les aspects de flux et de reflux.

En outre, l’avantage de ces instruments est de pouvoir proposer un grand nombre de séquences programmées, à l’image des petites percussions en bois de Tonal Bath For Bubbles ou bien des composantes plus grésillantes de Pattern Haze. Mais, le plus souvent, il s’agit donc d’empiler des couches d’accord, destinées à servir le caractère évocateur porté en étendard d’un album à l’intitulé convoquant la couleur du soleil couchant. Même lorsque, sur le morceau caudal (Blind Contour Drawing for Piano), ce clavier est mis de côté, au profit d’un véritable piano, le traitement de l’arrière-plan perpétue quelque chose du souvenir de six pistes précédentes. Les volutes et vagues sonores ne disparaissent ainsi jamais tout au long de l’écoute de ce nouvel album qui, en soi, s’avère tout juste satisfaisant mais signe également le retour d’un musicien globalement apprécié.

François Bousquet
le 11/01/2018

À lire également

Gregg Kowalsky
Tape Chants
(Kranky)
Jefre Cantu-Ledesma
On The Echoing Green
(Mexican Summer)
22/09/2013
Date Palms / Ignatz
(Espace B)
10/09/2009
Gregg Kowalsky / Liberez
(Rigoletto)