Snow Palms

Origin And Echo

(Village Green / Import)

 date de sortie

17/11/2017

 genre

Rock

 style

Pop / Post-Rock

 appréciation

 tags

David John Sheppard / Pop / Post-Rock / Snow Palms / Village Green

 liens

Village Green
David John Sheppard

 autres disques récents
Glass Locus
Escapism
(Audiobulb)
The Eye Of Time
Myth II : A Need To Survive
(Denovali Records)
Steve Hauschildt
Dissolvi
(Ghostly International)

C’est avec le très bon souvenir de leur premier album en mémoire qu’on attaque l’écoute d’Origin and Echo, nouveau long-format de Snow Palms. S’il a fallu laisser passer cinq ans entre ces deux disques, c’est probablement du fait des nombreux autres projets de David Sheppard qui, sur ce second effort, fait de Snow Palms son œuvre solo, reléguant Chris Leary au rang d’invité, aux côtés de quelques autres musiciens.

Un peu paradoxalement peut-être, la musique de l’Anglais semble se parer ici de davantage de synthés que sur Intervals, alors que ces instruments sont joués par Leary. Très fréquemment appelés en soutien des instruments à lames (métallophones, xylophones, marimbas, Glockenspiels), ces claviers peuvent même prendre toute la place, reléguant les lames sur le côté (White Shadows). Autre convive de ce nouvel album, l’autoharpe d’Emma Winston tisse des égrenés savoureux, habiles relais des jeux sur notes métalliques de David Shepard (You Are Here), lequel sait aussi, par la grâce de ses seuls instruments opérer dans un registre particulièrement cristallin (Circling).

Pendant de ces morceaux légers et délicats, la présence d’une percussion sourde (jouée par Lauri Wuolio) apporte corps et densité à Echo Return, manière de varier les intensités et les atmosphères. Même impression positive de coffre et de compacité quand les claviers d’Angèle David-Guillou viennent colorer l’arrière-plan d’Everything That Happened. Paradoxe pour paradoxe, pour faire le lien avec ce que nous indiquions précédemment, l’album parvient à écarter cette sensation de trop-plein qui était par moments observée sur Intervals, nonobstant le fait que le nombre d’invités y soit amplement supérieur. David Sheppard semble donc avoir, avec ce second long-format, trouver l’équilibre juste et adéquat.

François Bousquet
le 25/01/2018

À lire également

Ryan Teague
Block Boundaries
(Village Green)
David John Sheppard
Vertical Land
(Village Green)
Phelan Sheppard
Harp’s Old Master
(Leaf)
State River Widening
Cottonhead
(Vertical Form)