Silent Whale Becomes A° Dream

Requiem

(Elusive Sound / Internet)

 date de sortie

18/11/2017

 genre

Rock

 style

Post-Rock

 appréciation

 tags

Elusive Sound / Post-Rock / Silent Whale Becomes A° Dream

 liens

Elusive Sound

 autres disques récents
Medard Fischer
Lucky You
(Hidden Shoal Recordings)
Kenneth Knudsen & Oliver Hoiness
November Tango
(Stunt Records)
Daisuke Miyatani
Diario
(Schole)

La recension enthousiaste, et à quatre mains, du concert de Silent Whale Becomes A° Dream donné au Batofar en août 2015, nous a évidemment donné envie d’écouter le nouvel album des Français. Publié en version digitale uniquement (assez surprenant quand on sait l’intérêt que présente une écoute sur support physique d’un disque de post-rock), Requiem n’en sera, espérons-le, pas un (nonobstant ce mauvais jeu de mots) tant le groupe démontre ici une maîtrise et un savoir-faire qui ne demandent qu’à durer.

Sachant ne pas forcément tout miser sur les guitares fiévreuses, le quatuor peut capitaliser sur des frappes plus sourdes sur des toms (la première moitié de Dies Iræ, Dies Illa, toute la longueur de Cor Contritum Quasi Cinis) ou bien sur un trémolo aérien de six-cordes (la première moitié de Recordàre). Mais, évidemment, comme toute bonne formation de post-rock lyrique, arrive un moment où les guitares se déchaînent, entraînant avec elles la section rythmique dans des envolées prenantes, intenses et chargées en émotion, frisant parfois le déluge sonore façon décollage d’un avion (la seconde partie de Recordàre).

Afin que l’auditeur goûte pleinement chacun des mouvements des quatre morceaux du disque, ceux-ci s’étirent naturellement dans la durée, allant de huit à près de dix-huit (!) minutes. Sous ce jour, il peut possiblement être fait le reproche à Silent Whale Becomes A° Dream d’avoir du mal à terminer ses titres, semblant parfois incapable de conclure, laissant durer les notes en suspension pendant plusieurs dizaines de secondes sans véritable justification ou bien clôturant Lacrymósa Dies Illa (et l’album, par la même occasion) par une surenchère sonore. Pour autant, puisqu’il s’agit là de constatation souvent faites à propos de disques opérant dans ce registre, ils ne sauraient être tenus plus spécifiquement au débit du groupe français.

François Bousquet
le 28/01/2018

À lire également

21/08/2015
LITE / Silent Whale (...)
(Batofar)